Non classé

CBD 2019

Un journaliste bien connu prend position dans un livre contre ce qu’il appelle la « rectitude », la Suisse trahie par la liberté pour trop de droits. Belles paroles, mais repentir tardif, d’autant plus que l’auteur s’attaque à la crise de la médiation, avec méfiance à l’égard de la classe dominante dont il fait lui-même partie. C’est la faute des populistes, donc, si tout est confondu avec le bien, mais la vérité est exactement le contraire : nous sommes là où nous sommes parce que depuis des décennies nous écoutons des journalistes juste parce qu’ils sont journalistes, maintenant affligés parce que les étudiants vont au-delà des mauvais professeurs. L’Observatoire des Toxicomanies parle en vain, avec des chiffres terribles, des millions de consommateurs de cannabinoïdes, la moitié des personnes en thérapie qui retombent dans la dépendance, la difficulté de leur faire comprendre les risques qu’elles courent.

Evidemment, au-delà de la rhétorique des mots officiels, le Souverain est très heureux d’avoir des sujets étourdis, avec le besoin de prendre des substances ou de se laisser aller doucement avec des substituts légaux, le nirvana onirique du voyage à bas prix. Tu ne peux pas ouvrir la porte et être surpris si quelqu’un l’ouvre en grand. Pensons à la montée impressionnante des paris qui ont conduit à une nouvelle pathologie, la ludopathie. Mais les affaires sont les affaires : lorsque l’Italie a légalisé le système des jeux de hasard, elle a annoncé d’une voix vibrante la défaite de la criminalité liée aux jeux de hasard. C’est le contraire qui s’est produit : le secteur illégal est florissant, les bookmakers progressent. Vous pariez sur tout, l’argent va vite dans les poches de l’habituel. Ce qui est important c’est que l’État, ancien gardien du bien commun, a sa part. Nous sommes tous heureux, heureuses et un peu plus « contrariés ». Peut-être qu’être dépendant de quelque chose, du cannabis, des drogues psychotropes, des jeux, de l’alcool, de la pornographie, nous rend plus complets consommateurs.

Nous ne savons pas si le cannabis légal à faible teneur en principes actifs fait mal, mais nous sommes convaincus que cela fait très mal d’avoir banalisé un autre comportement la consommation de certaines substances – qui a des répercussions négatives et peut stimuler des choix encore pires.

Sites Internet à découvrir :

  1. https://swissbotanic.ch/cbd-cannabis-legal/
  2. https://www.swissmedic.ch/swissmedic/fr/home/news/mitteilungen/produits-contenant-du-cannabidiol–cbd—-vue-densemble.html

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*