Assurance vie

Choisir une assurance vie ?

Pour éviter les erreurs, vous pouvez toujours choisir la durée maximale, puisque les polices peuvent durer jusqu’à 30 ans. Plus le contrat est prolongé, plus l’assuré est « âgé » en fin de vie et l’âge est l’un des critères de calcul de la prime d’assurance, car le risque de décès en dépend.

Comme nous l’avons mentionné plus haut, les polices d’assurance vie de qualité offrent une certaine souplesse quant à la durée, étant entendu que toutes prévoient un âge maximum de l’assuré au-delà duquel la couverture prend fin, généralement entre 75 et 80 ans, tandis que pour l’invalidité, en général, elle peut atteindre 65 ans.

Certaines entreprises proposent des solutions annuelles, avec possibilité de renouvellement (automatique ou explicite). Cela peut être une solution lorsque vous ne voulez pas vous engager au début sur une durée, mais il est important de savoir que dans ce cas, chaque année, le prix augmente car l’assuré a un an de plus. Pour éviter toute surprise, il est conseillé de demander à l’entreprise un plan montrant comment la prime de renouvellement évolue vers un renouvellement, afin d’avoir une idée immédiate du coût réel de la police et d’évaluer si elle est pratique par rapport à des formules avec une durée prédéfinie et un prix fixe jusqu’à son échéance.

Comment choisir les garanties dans votre nouvelle assurance vie ?

Lorsque nous choisissons les garanties, nous devons garder à l’esprit le but de l’assurance et le montant que nous pouvons nous permettre de dépenser pour l’assurance.

La garantie décès toutes causes confondues protège l’avenir des personnes qui nous sont chères si nous ne pouvons plus prendre soin d’elles et constitue certainement l’option de base de ce type de police.
Elle peut être complétée par des options qui offrent une indemnisation supplémentaire si le décès survient dans des conditions particulières – par exemple, à la suite d’un accident ou d’un accident de la circulation. Ceci est particulièrement intéressant pour les personnes qui passent beaucoup de temps à conduire, par exemple un agent commercial ou un représentant, car normalement le surcoût est limité avec une augmentation de l’indemnisation qui peut atteindre deux ou trois fois la somme assurée.

Si nous voulons protéger non seulement nos proches, mais aussi nous-mêmes en cas d’accident ou de maladie qui nous empêche irréversiblement de travailler, il est important d’ajouter une invalidité permanente totale.

Dans la plupart des polices, le capital assuré en cas d’invalidité est habituellement une anticipation de la prestation de décès assurée. Cela signifie que sur une police qui prévoit 100.000€ en cas de décès et 50.000€ en cas d’invalidité, si le sinistre survient, la personne assurée recevra les 50.000€ et, en cas de décès ultérieur, les 50.000€ restants (soit la différence entre la prestation de décès assurée et le capital déjà versé pour le sinistre invalidité). Si les sommes assurées coïncident (100.000 € en cas de décès et 100.000 € en cas d’invalidité), la totalité du capital est versée au moment du paiement de la prestation d’invalidité et le contrat est résilié, sans paiement en cas de décès.

De nombreuses polices prévoient également des garanties supplémentaires qui indemnisent le diagnostic de maladies graves, très utiles si vous recherchez une protection complète sans contraintes budgétaires.

Quels examens médicaux doivent être présentés et pourquoi ?

Pour assurer une personne sur la vie, c’est-à-dire pour activer une couverture en cas de décès ou d’invalidité pour toutes les causes, la compagnie d’assurance a besoin de connaître certaines informations sur l’état de santé de l’assuré potentiel. Une personne souffrant d’une maladie particulière ou qui, par exemple, souffre d’hypertension, a, du moins statistiquement, une espérance de vie différente de celle d’une personne en parfaite santé qui mène une vie correcte. En conséquence, la prime d’assurance payée par ces derniers sera moins chère. L’évaluation de l’état de santé permet donc d’établir le montant de la prime d’assurance.

Cette évaluation peut se faire soit par des déclarations de la personne à assurer, soit par un questionnaire ou, plus en détail, par des examens cliniques. Normalement, si la personne que vous souhaitez assurer est jeune et que la limite de garantie est contenue – comme dans le cas d’une personne de 40 ans qui souscrit une police de 150.000 € – l’entreprise est prête à activer la police en posant simplement quelques questions au client.

Au fur et à mesure que l’âge et le montant de l’augmentation de capital assurée augmentent, il devient de plus en plus nécessaire de procéder à une évaluation plus précise, qui peut également inclure la présentation des résultats de certaines analyses, qui varient également selon l’âge et le sexe du client : à commencer par les analyses sanguines et urinaires, mais un électrocardiogramme ou autres tests peuvent également être nécessaires.

Le cas le plus simple, dans lequel la police ne peut être émise qu’avec les déclarations de l’assuré ou de son médecin généraliste, implique une période de pénurie (en moyenne 180 jours), à l’exception du cas où la police est émise uniquement avec les déclarations de l’assuré ou son médecin généraliste.

Sites internet que vous devez découvrir :

  1. https://www.troisiemepilier.ch/pourquoi-ouvrir-une-assurance-vie-les-3-bonnes-raisons/ >> Site très bien fait !
  2. https://123vie.ch/assurances-vie/ >> Assurance vie n’est plus un mot qui fait peur avec un site explicatif de cette qualité !
  3. https://www.mobiliere.ch/assurances-et-prevoyance/vie-et-sante/guides/les-assurances-vie-sont-aussi-flexibles-que-vous >> Site Internet d’une grande compagnie à découvrir !

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*