Chirurgie esthétique

Des beaux seins, symbole de la femme moderne ?

Depuis le début de l’humanité, le sein est synonyme de féminité ; la dimension « idéale », en revanche, a toujours été en corrélation avec les modèles esthétiques en vogue à différentes périodes historiques. Les premières références à la chirurgie d’augmentation mammaire remontent à la fin du XIXe siècle : soit par injection de paraffine ou de silicone liquide, soit par implantation graisseuse (1895 le Dr Czerny transfère un lipome dans le sein pour corriger un défaut). Comme imaginable, ces tentatives ont eu des résultats désastreux.

Histoire de l’augmentation mammaire

La mastoplastie additive à, telle que nous la comprenons aujourd’hui, voit sa naissance à Houston (Texas USA) au début des années 60. Grâce à une prothèse avec une coque recouverte de silicone et remplie de silicone développée par les chirurgiens F. Gerow et T. Cronin. On dit que les deux ont senti l’idée à partir de l’observation des poches de sang qui étaient faites de silicone. La première patiente de l’ère « moderne » de la mastoplastie fut Mme Timmie Jean Lindsey, divorcée et mère de six enfants, qui fut visitée en mars 62 pour le retrait de deux tatouages roses sur ses seins, à cette occasion on lui proposa la mastoplastie additive « expérimentale » ; elle accepta à condition qu’on lui donne aussi une otoplastie corrective : elle garda ses implants sans problème toute sa vie ! L’augmentation mammaire est la procédure de chirurgie esthétique la plus répandue dans le monde, en Italie seulement en 2009 48.000 procédures (données SICPRE) en 2010 aux Etats-Unis plus de 318.000 procédures.

Il peut y avoir beaucoup de raisons pour l’augmentation mammaire, mais une bonne candidate doit avoir au moins une de ces caractéristiques :

  • l’inconfort pour la sensation d’insuffisance mammaire,
  • perte de tonus ou de volume lors d’un régime strict ou après la grossesse ;
  • l’un des seins est considérablement plus petit que l’autre, c’est-à-dire une asymétrie de volume

La première consultation en clinique

Lors de la première visite, la forme, le volume des seins, la position des mamelons et la qualité de la peau seront évalués : en cas de chute des seins, il pourrait être utile de procéder à un lifting mammaire. Il sera utile d’apporter les dernières analyses et les mammographies et/ou échographies les plus récentes.  Il n’existe aucune preuve scientifique que les implants mammaires augmentent le risque de maladie ou de cancer du sein, mais leur présence peut rendre plus difficile la lecture des tests de mammographie : ce problème est en partie évident lorsque la prothèse est placée sous le muscle pectoral. L’opération n’est pas recommandée si vous avez l’intention de perdre beaucoup de poids ou si vous avez l’intention de devenir enceinte sous peu, car ces deux conditions peuvent affecter l’opération en modifiant le sein. Cependant, il n’y a aucune preuve que les implants mammaires affectent la capacité d’allaiter. Avant l’opération, il est nécessaire d’effectuer un électrocardiogramme, des prises de sang et un examen par imagerie (mammographie et/ou échographie) ; il est très utile d’arrêter de fumer car ils réduisent les effets indésirables et vous guérissez mieux, pour profiter de ces avantages il suffit d’arrêter deux semaines avant et ensuite après l’opération. Certains médicaments tels que l’aspirine seront interdits avant l’opération tandis que d’autres seront prescrits.

L’opération se déroule en salle d’opération, avec une nuit d’hospitalisation à la clinique.
Après l’opération, vous devrez porter un soutien-gorge spécial (comme un gymnase), les patchs seront enlevés quotidiennement, tandis que les points seront enlevés entre 7 et 15 jours plus tard. A domicile, en moyenne pendant 5 jours, une antibiothérapie et des analgésiques seront administrés. Le gonflement disparaîtra après les premiers jours et après un mois, la forme sera la dernière. Après l’opération, vous pouvez marcher et attendre les soins quotidiens de la personne. Les sensations postopératoires sont nombreuses : sensation de tension, sensibilité accrue, diminution, démangeaisons, douleur au lever des bras. Vous ne devez pas soulever, pousser ou tirer quoi que ce soit, ni vous livrer à une activité fatigante ou à une torsion du tronc. Après une mastoplastie additive, il est souvent possible en quelques jours de reprendre les petites tâches ménagères tout en retournant au travail pas moins d’une semaine, selon le type d’activité. L’activité physique doit être évitée pendant au moins deux semaines après l’intervention chirurgicale, après quoi, il faut prendre soin d’être extrêmement « doux » avec le sein pendant au moins le premier mois. L’intervention sera planifiée en fonction des besoins du patient, de son désir par rapport au volume des seins et de ses caractéristiques anatomiques : sur la base de tout cela seront choisis, les prothèses, la localisation des incisions et les modalités de positionnement au-dessus ou au-dessous du muscle.

Sites internet pour en savoir plus :

  1. https://www.entourage.ch/fr/technologies/chirurgie-esthetique/augmentation-mammaire/
  2. http://chirurgien-esthetique-marseille.com/augmentation-mammaire-marseille
  3. https://www.chirurgie-esthetique-suisse.ch/augmentation-mammaire/
  4. https://www.cliniquedulac.ch/vos-besoins/remodelage/les-protheses-mammaires/
  5. https://www.belle-fontaine.ch/fr/traitement/augmentation-mammaire-avec-graisselipofilling-mammaire/
  6. https://www.thebeautysuite.ch/chirurgie-esthetique/chirurgie-du-corps/augmentation-mammaire-implants/
  7. https://www.laclinic.ch/chirurgie-esthetique/augmentation-mammaire-implants/

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*