Non classé

Histoire de la Liposuccion ?

Elle est parsemée de tentatives, de techniques pseudo-scientifiques et de risques chirurgicaux : c’est l’histoire troublée de la liposuccion. Le désir d’éliminer chirurgicalement les dépôts adipeux cherche à être mis en œuvre après les deux premières décennies du XXe siècle, par un chirurgien, le Dr Dujarrier, de Paris. C’est en 1923 qu’il tente, à l’aide de longs coupons, d’enlever l’excès de graisse des chevilles et des genoux d’une danseuse des Folies, obsédée par ses jambes trop grandes. Mais le projet, à la frontière entre la tentative alchimique et le jeu, a fait naufrage dans la honte d’un résultat néfaste.

Ce n’est que vers les années 70 que la possibilité de « sucer » la graisse par des techniques chirurgicales a été à nouveau envisagée. Giorgio Fischer, gynécologue italien, a senti la possibilité d’aspirer la graisse sans couper les tissus et de l’ouvrir complètement (cette technique s’appelle « open-air »). Il a utilisé une canule gynécologique à cette fin, donnant ainsi le caractère concret d’une certaine validité scientifique à ce qui auparavant semblait n’être qu’une hypothèse de science-fiction macabre.

Depuis lors, la technique de la liposuccion elle-même a commencé à émerger, avec les médecins français Illouz et Fournier, qui ont apporté de nombreuses améliorations à la procédure initiale. En bref, les aspirateurs mécaniques reliés aux canules ont été introduits et, en plus de l’instrumentation, la pratique elle-même a connu des améliorations continues, se dépouillant progressivement du lourd halo de pratique sanglante et dangereuse.

Les nombreux échecs causés en grande partie par les masses excessives enlevées, n’ont pas ralenti les recherches et les essais de cette technique, qui ont progressivement démontré la validité du principe et le potentiel d’utilisation.

Même la chirurgie esthétique elle-même, dans la même période, a entrepris le processus de libération de la chirurgie générale et s’est établie comme une branche autonome de la médecine, soutenue par la recherche scientifique et des perfectionnements et des spécialisations continues de chaque méthode.

Liposuccion en 2019

En particulier, la liposuccion voit aujourd’hui l’influence d’une tendance généralisée dans le monde chirurgical, celle de la rapidité d’exécution permise par des voies chirurgicales de plus en plus sûres, aux résultats moins traumatisants et plus agréables.

Surtout aujourd’hui, même l’information est plus honnête en proposant la liposuccion non pas comme une méthode d’amincissement, mais de remodelage du profil du corps. On ne parle plus beaucoup de la quantité de graisse éliminée et du poids perdu par liposuccion, mais l’accent est mis sur l’harmonie des courbes, la qualité des formes réalisées, la plasticité de la zone d’intervention. En fait, il n’est pas certain qu’après la liposuccion, le patient voit de grands changements sur l’aiguille de la balance : elle pourrait même être stationnaire à cause des liquides infiltrés et de l’œdème restant à absorber. Les résultats deviennent apparents avec le temps, en quelques semaines, l’enflure est réabsorbée et de nouvelles formes sont esquissées. Mais le processus de normalisation dure plus longtemps et des améliorations peuvent être observées dans les mois suivants, avec la rétraction de la peau qui rend la pièce plus mince et plus tonique.

En savoir plus sur la liposuccion :

https://www.belle-fontaine.ch/fr/traitement/liposuccion/

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*