Banques, Lausanne

Histoire de la monnaie

La monnaie et son histoire

L’or, le bétail, le grain, sont les premières monnaies qui circulent depuis la nuit des temps en Europe. Les monarques commencent à émettre des pièces en métal, à leur effigie à la fin du VIIe siècle av JC. Depuis, le métal est passé du métal au papier, pour enfin arriver à une existence virtuelle. Voici, l’histoire de notre monnaie.

Au Moyen Age

Les régimes féodaux, très religieux, ne favorisaient pas le développement du système monétaire. Les échanges utilisant l’or et l’argent se faisaient surtout lors des échanges internationaux et des foires. Pour les impôts, on payait avec ses récoltes ou en travaillant pour la communauté. Puis au XIVe siècle, les marchands favorisèrent les activités bancaires pour faciliter la circulation de la monnaie et sa sécurité, ainsi fût créée la première monnaie en papier : la lettre de change. Celle-ci permettait à un marchand de Venise d’aller à Amsterdam sans emporter de lourdes pièces. Elle pouvait ainsi changer de main plusieurs fois avant d’être convertie. Une date indiquait le moment où on pouvait retirer le montant en espèce chez le banquier. C’est l’ancêtre du chèque. L’escompte permettait à un producteur de toucher immédiatement son dû et laissait la banque, qui prend une petite part en passant, s’arranger avec le détaillant. La compensation sur livre de comptes, était une brillante manière pour les banques de l’époque, de compenser les crédits et les débits de chacune d’elles envers les autres. Cela se fait aujourd’hui par l’intermédiaire de la Banque Centrale.

Les billets prennent le relais

Les premiers billets de banque apparaissent au début du XVIIe siècle, à Amsterdam. Ils remplaçaient alors les dépôts d’or à la banque, puis ils étaient mis hors circuit lorsque les clients récupéraient leur métal précieux.  Ensuite, la Banque de Suède fut la première à émettre une quantité de monnaie plus importante que celle qu’elle avait en réserve d’or. De nombreux établissements financiers ont suivi l’exemple, comme la Banque de France sous l’impulsion de Napoléon 1er en 1800. L’or dans la banque n’était plus proportionnel à la quantité de billets qui circulaient. Il était, bien sûr, possible de les échanger contre le métal précieux, mais chacun avait le droit de refuser d’être payé avec. La valeur de l’argent émise était très importante et servait pour des paiements énormes. La crise de 1848 initia le cours légal, ou obligation d’accepter les espèces ainsi que le cours forcé qui faisait que les banques ne convertissaient plus le papier en or. En 1850, l’économie se stabilise et tout redevient normal. Mais 20 ans plus tard le cours forcé est à nouveau revenu. La monnaie est de nouveau convertible en 1878, mais depuis cette année le cours légal est adopté de façon définitive.

Une nouvelle époque

Les crises monétaires se succèdent. La guerre de 1914 provoque un retour du cours forcé qui persiste jusqu’en 1928. A partir de cette année, jusqu’en 1936, les billets peuvent être échangés, mais uniquement si on en possède assez pour la valeur d’un lingot d’or qui pèse 12 kilogrammes. Jusqu’à nos jours, les billets de la Banque de France ont cours légal et forcé. Cela n’empêche pas l’or d’être une référence incontournable dans le secteur financier et du crédit. On peut que constater que sa valeur ne cesse de croître au fil des années. Ainsi, en 1803, le Franc valait 322.58 mg d’or. 125 ans plus tard, sous Poincaré, il ne vaut plus que 65.5 mg. Le nouveau Franc de 1959, qui vaut 100 anciens Francs, ne peut avoir que 180 mg et une décennie plus tard seulement 160 mg. En 1976, on a décidé, avec les accords de Kingston, de ne plus comparer la valeur du métal précieux avec une monnaie. Cependant, de nos jours, l’ensemble des Banques Centrales possède environ 32 000 tonnes de réserves d’or, dont 2 800 pour la France. Aujourd’hui, une grande proportion de la quantité de monnaie en circulation est sous forme de données numériques.

Aujourd’hui l’argent cela s’investit ! Le site www.procimmo1.ch montre comment l’expertise dans le domaine s’est développée !

Marianne Bonet

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*