Immobilier Vaud

Investir en Suisse

Renseignements d’ordre général

Confédération suisse est une traduction littérale du nom historique français du pays Confédération Suisse.

Le territoire est de 41,3 mille kilomètres carrés. Elle a des frontières communes avec l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Autriche et le Liechtenstein. La capitale est Berne (130,3 mille habitants). La Suisse est divisée en trois espaces naturels : Les Alpes (sommets jusqu’à 4600 m. d’altitude), situées au sud-est du pays occupent plus de 60% de l’ensemble du territoire, la chaîne du Jura (environ 10% du territoire) est située au nord-ouest du pays et est une chaîne de montagnes d’environ 200 km de long et pas plus de 1700 m de haut, et le plateau suisse, où vivent deux tiers de la population suisse, soit une vallée, coupé dans les montagnes par les glaciers.

La population est de 7,9 millions d’habitants, dont 1,9 million d’étrangers (24%). La densité de population moyenne est de 187 personnes par km². Les plus grandes villes (milliers d’habitants) sont Zurich (383), Genève (190), Bâle (170), Lausanne (122). Les langues officielles sont l’allemand (63,7% de la population, le dialecte « Schwitzerttch » est utilisé à l’oral), le français (20,4%), l’italien (6,5%) et le romanche (0,5%). Les religions dominantes sont l’Église catholique romaine (42 % des croyants) et protestante (35 %) ; les autres religions chrétiennes, dont l’orthodoxie (4,4 %) ; les adeptes de l’islam (4,3 %) et du judaïsme (0,2 %) ; 11 % de la population du pays ne se reconnaissent dans aucune de ces religions.

Fête nationale – Jour de fondation de la Confédération (1er août 1291). Le drapeau national est un tissu rouge carré avec une croix symétrique blanche au centre. Ce drapeau est apparu après la guerre civile de 1848-1852 sur les bannières des troupes suisses unies sous le commandement du général Guillaume Henry Dufour. Les armoiries du pays sont une croix blanche sur un bouclier rouge. Unité monétaire – franc suisse = 100 centimètres.

Structure de l’État

La Suisse est une république parlementaire fédérale. Elle se compose de 26 cantons, chacun ayant sa propre constitution, son parlement et son gouvernement.

Le pouvoir législatif est exercé par le Parlement – l’Assemblée fédérale, qui se compose de deux chambres : le Conseil national (200 députés, présidé par Hansjörg Walter) et le Conseil des cantons (46 députés, présidé par Hans Altcherr). L’Assemblée fédérale est élue au scrutin secret direct. Les dernières élections au Conseil national ont eu lieu le 23 octobre 2011. Les dates des élections au Conseil des cantons sont fixées par la législation du canton concerné. Le Conseil national est élu selon le système proportionnel, le Conseil des cantons est élu selon le système majoritaire (à l’exception du canton du Jura) : des cantons de Bâle-Nord, Bâle-Selski, Nidwald, Obwald, Appenzel-Externe et Appenzel-Inner – un membre chacun, du reste, deux membres chacun.

Le chef collectif de l’Etat et la plus haute autorité exécutive (gouvernement) est le Conseil fédéral composé de sept conseillers fédéraux (ministres) élus par le Parlement pour 4 ans. Conformément à la Constitution, tous les conseillers fédéraux sont égaux en droits et prennent leurs décisions sur une base strictement collégiale. Lors des visites officielles à l’étranger, les conseillers fédéraux représentent le gouvernement dans son ensemble.

Depuis 1959, le Conseil fédéral est constitué sur la base d’une coalition de quatre partis dirigeants : les Démocrates bourgeois. Libéraux (BDL), le Parti social-démocrate (SDPS), le Parti populaire chrétien-démocrate (CDPS) et le Parti populaire suisse (SPP). Depuis 2008, il comprend également le Parti démocratique civique suisse (CDPS).

Les départements fédéraux (ministères) ont des subdivisions au sein de leur structure – les secrétariats d’État – qui organisent techniquement le travail dans les domaines concernés. Le Secrétariat d’Etat à l’économie, par exemple, est responsable des questions économiques au sein du Département fédéral de l’économie. Depuis le 1er avril 2011, le Secrétariat d’Etat à l’économie est dirigé par l’ambassadrice Marie-Gabrielle Inaichen-Fleisch.

Le chef de l’État et du gouvernement est le président de la Confédération suisse, qui est élu par le Parlement parmi les membres du Conseil fédéral pour un an. Le président préside à tour de rôle les séances du Conseil fédéral et exerce principalement des fonctions de représentation.

Les questions de politique intérieure et étrangère les plus importantes sont soumises à un vote national et trois ou quatre référendums sont organisés chaque année.

Principaux partis politiques

Le Parti social-démocrate suisse (SDPS) a été fondé en 1888 et compte environ 1’000 membres. 35 000 membres. Elle est membre de l’Internationale socialiste. Il exprime les intérêts des travailleurs embauchés. Il préconise l’expansion de la régulation de l’économie par l’Etat, en combinant la neutralité avec une politique étrangère active, l’adhésion du pays à l’UE. Démocrates bourgeois. Libéraux (BDL) – le parti a été fondé en 1894, il unit environ. 150 000 membres. Il reflète l’opinion de la « classe moyenne », du capital industriel et bancaire. Elle prône la libéralisation de l’économie, une approche flexible de la neutralité et un rapprochement progressif avec l’UE. Le Parti populaire chrétien-démocrate suisse (CDPS) est en activité depuis 1912 et compte environ 1 000 membres. Le parti compte 80 000 membres. Elle représente les intérêts des grandes et moyennes entreprises et des employés, en particulier dans les cantons catholiques. Il prône une économie de marché socialement responsable, la diffusion des valeurs chrétiennes dans la conscience publique, l’intégration progressive dans l’UE et la modernisation du concept de neutralité. Le Parti populaire suisse (SNP) a été fondé en 1936 et rassemble environ 2’000 personnes. 90 000 membres. Il exprime les intérêts des petits et moyens propriétaires et des agriculteurs. Défend les valeurs d’une économie libérale avec un minimum de réglementation étatique, s’oppose à l’adhésion du pays à l’UE et préconise le strict respect de la voie traditionnelle de la neutralité. Selon ses lignes directrices, elle est proche des libéraux et compte environ 7 000 membres. Le parti « Vert » existe en tant que parti depuis 1983, réunissant environ 6 000 membres dans ses rangs. Autres partis : le Parti évangélique, le Parti libéral vert, le Parti chrétien-socialiste suisse (CSPS), le Parti conservateur d’extrême droite Lega, l’Union démocratique suisse, le Parti travailliste – communistes, le Parti libéral suisse.

Le mouvement syndical suisse se distingue par l’Association syndicale suisse (environ 384 mille membres), qui comprend la syndicalisation interprofessionnelle d’Uniya et de Sindicom (environ 200 mille membres), ainsi que plusieurs syndicats. Une autre association syndicale, Travai Xuis (environ 170 000 membres) compte 11 organisations syndicales. Il existe également en Suisse un certain nombre d’organisations syndicales qui ne sont pas membres de grandes associations.

Armée suisse

Ils sont recrutés sur la base du principe de milice sur la base du service militaire universel. Le nombre d’armée active était de 174,3 mille personnes et a diminué de 14,1 mille personnes par rapport à 2009. De ce nombre, 16 900 sont des officiers. La durée totale du service militaire pour les soldats et les sous-officiers est d’environ 270 jours (21 semaines – un stage de formation pour les nouvelles recrues de la spécialité militaire et six camps d’entraînement annuels de trois semaines chacun pour les appelés des unités de l’armée active). Les forces armées se composent des plus hautes instances de commandement et de contrôle militaires, des forces terrestres (4 infanteries motorisées, 3 brigades d’argile montagneuse, 2 brigades de chars et 4 brigades d’entraînement), des forces aériennes (brigade d’entraînement et d’aviation, brigade d’entraînement pour la défense aérienne, brigade de formation pour la communication et le contrôle) et arrière. L’armée suisse compte 134 chars Leopard, 326 complexes de reconnaissance 93/97 et 97/06, 110 complexes antichars Piranha, 133 avions M 109, 87 chasseurs F/A-18 et F-5. Le budget militaire de la Suisse pour 2011 s’élevait à 4,2 milliards de francs suisses.

Économie et finances

La Suisse est un pays industriel très développé avec une agriculture intensive, l’une des principales places financières et bancaires du monde. En 2011, malgré l’aggravation de la crise de la dette dans la zone euro, l’économie suisse a connu une croissance assez soutenue. Selon la statistique suisse, l’économie a progressé de 1,9% en 2011 et le PIB de 564,9 milliards de francs suisses. La Suisse est l’un des premiers producteurs mondiaux de PIB par habitant (69,9 mille francs suisses). Le taux de chômage au début de 2012. – 3,1 % de la population en âge de travailler. Selon le WEF, la Suisse, qui ne dispose pratiquement pas de ressources minérales ni de ses propres ressources en combustibles et matières premières, se classe au premier rang mondial en termes de compétitivité.

En 2011, l’économie suisse a enregistré un ralentissement de la croissance économique, particulièrement prononcé au premier trimestre 2011. Par exemple, la croissance du PIB au premier trimestre de 2011 par rapport au quatrième trimestre de 2010 n’était que de 0,3 %. Les experts attribuent ce processus principalement à un renforcement significatif du franc suisse par rapport aux principales monnaies mondiales et, par conséquent, à un ralentissement du taux de croissance des exportations suisses. Durant l’été 2011, le franc suisse a été le principal moteur de la croissance des exportations suisses. La Banque nationale suisse a pris des mesures d’urgence pour fixer le plafond de la valeur de la monnaie nationale à 1,2 franc suisse/euro, ce qui a entraîné une légère reprise des exportations au second semestre 2011.

La majorité des entreprises suisses sont des petites et moyennes entreprises et des entrepreneurs individuels, qui représentent jusqu’à 95% du nombre total d’entreprises et représentent une part importante du produit national suisse. Les principales industries sont la chimie-pharmaceutique, l’industrie MEM (mécanique, électrotechnique, métallurgie), l’industrie alimentaire et horlogère.

L’industrie est dominée par de grandes associations transnationales (25,8% du nombre total d’employés dans la production industrielle), axées sur la production de produits de haute technologie. Nestlé (produits alimentaires, produits pharmaceutiques et cosmétiques, aliments pour bébés), Novartis et Roche se distinguent. (produits chimiques et pharmaceutiques), Alusuisse (aluminium), Acea Brown Bevery (ABB), entreprise suédo-suédoise (électrotechnique), Holzim (ciment et mélanges de construction). La Suisse est souvent associée à la manufacture horlogère mondiale. Les montres des marques les plus prestigieuses y sont fabriquées dans le respect des traditions anciennes et d’une haute culture technique.

L’hydroélectricité (53 %) et le nucléaire (39 %) représentent l’essentiel de la production d’électricité. Lors d’un référendum en 2003, la population du pays s’est prononcée contre l’initiative verte visant à prolonger de 10 ans le moratoire sur la construction de nouvelles centrales nucléaires (en vigueur depuis 1990). Après les événements survenus à la centrale nucléaire japonaise de Fukushima, le Conseil fédéral suisse (gouvernement) a de nouveau imposé un moratoire sur la construction de nouvelles centrales et, après un examen approfondi de la situation, a décidé de supprimer progressivement l’énergie nucléaire en Suisse d’ici 2034. (conformément aux modalités de déclassement des unités d’exploitation). Cette décision a été soutenue par le Parlement suisse en juin 2011.

La principale branche de l’agriculture (environ 114 000 salariés, soit 2,1 % du PIB) est l’élevage bovin et laitier (75 % de la production agricole brute). En général, le secteur agricole répond à la demande de produits alimentaires du pays par 58-60%. Malgré le haut niveau de développement, l’agriculture suisse ne serait pas compétitive.

En savoir plus :
  1. http://immobilier-ch.com/
  2. https://www.acheter-louer.ch/immobilier/Yverdon-les-Bains-immobilier-maison-appartement-villa-chalet-appartement-terrain.html
  3. https://www.groupimmo.ch/immobilier/Yverdon-les-Bains-immobilier-maison-appartement-villa-chalet-appartement-terrain.html
  4. https://communes-suisse.ch/vivre-en-suisse/

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*