Archives de catégorie : Agence web

Concrete5 contre WordPress : La bataille de la CMS

Chaque fois que nous commençons à parler d’un système de gestion de contenu (CMS), nous avons tous tendance à comparer ces systèmes avec un autre système. Cela ne semble pas nécessaire ; cependant, une comparaison saine peut vous amener à prendre de meilleures décisions en ce qui concerne la ramification professionnelle de votre entreprise par le biais de la présence de votre entreprise sur le web via des sites web et des articles de blog. Pour répondre à cet objectif, je vous présente aujourd’hui une comparaison saine et nette entre

WordPress et Concrete5. Commençons.

Informations générales sur le CMS
WordPress est un système de gestion de contenu libre et gratuit, avec une interface simpliste ne nécessitant pratiquement aucune connaissance de HTML ou de FTP. D’autre part, Concrete5 est également un système de gestion de contenu libre et à code source ouvert qui est innovant et permet aux utilisateurs de créer des applications web révolutionnaires.
Vue d’ensemble

WordPress

WordPress est sur le marché depuis 2003 et n’a cessé depuis lors de s’imposer comme le logiciel de blogage le plus populaire, qui prend également en charge des fonctions de gestion de contenu. Le meilleur de WordPress est qu’il est très facile à utiliser et que même les utilisateurs non avertis peuvent travailler à l’instinct. Tout le monde peut ajouter régulièrement de nouvelles pages, des articles de blog, des images, etc.
WordPress vous permet de gérer votre blog ou votre site web depuis n’importe quel ordinateur ou appareil mobile. En outre, il n’est pas nécessaire de posséder une connaissance approfondie de l’édition HTML ou de tout autre langage ou logiciel tel que le FTP. WordPress est un système autonome et indépendant. Tout dans WordPress est 100% personnalisable.
C’est un logiciel facile à utiliser et vous pouvez facilement faire des modifications sur votre site web ou votre blog, c’est aussi simple que le glisser-déposer et c’est le meilleur CMS qui se soit jamais aventuré dans le domaine numérique.

Béton5

Un montage facilement compréhensible est l’élément clé du Concrete5. Il se compose d’un éditeur qui vous permettra de personnaliser facilement votre site web sans aucun codage. Avec son édition en contexte et son éditeur WYSIWYG, les possibilités sont illimitées.
Concrete5 offre un ensemble incroyable de personnalisation pour répondre à toutes vos préférences et besoins. Il vous offre également une grande variété de modules complémentaires pour étendre votre site web et développer ses fonctionnalités. Les installations rapides via les tableaux de bord du site sont très répandues et de nombreux modules complémentaires ont tendance à se mettre à jour automatiquement.
Aujourd’hui, les principales caractéristiques de Concrete5 sont les mises à jour en un clic, l’installation rapide et instantanée, les formulaires, les modèles, la régulation du flux de contenu, les autorisations des utilisateurs, les rapports intégrés, etc.

À quoi ressemblent-ils ?

Si nous parlons de la mise en page du CMS de WordPress et de Concrete5, il n’y a aucune similitude. Dans le cas de WordPress, le CMS frontal et le CMS dorsal offrent de nombreux widgets et ils sont également nécessaires pour permettre les actions nécessaires à la modification des sujets, des modules et des compléments.
Concrete5 est également chargé de nombreux widgets, mais ils sont conçus par des ingénieurs externes, il est donc possible que WordPress et Concrete5 aient pu entrer en conflit.
Cependant, malgré ces conflits, ils ont tous deux été développés de manière très différente, ce qui réduit les possibilités de les rendre communs.
Cependant, en raison de la simplicité et de la fluidité, le gagnant est WordPress.

Comment le soutien est-il assuré ?

Si nous parlons de Concrete5, il n’y a pas beaucoup de forums ou de services de support. Cette rareté du soutien est l’une des principales causes du rejet de Concrete5 par un aspirant.
D’autre part, vous trouverez de nombreux services et supports pour WordPress. Il existe des milliers de sites web offrant un soutien pour le développement de WordPress. WordPress lui-même présente un Codex WordPress afin de résoudre tout problème. Pour être franc, il existe une énorme communauté de développeurs WordPress, où vous pouvez trouver des réponses à chacune de vos questions.
Cette quantité folle de soutien est l’une des principales raisons pour lesquelles les gens se tournent vers WordPress.
Il y a une énorme différence entre WordPress et Concrete5 en termes de soutien offert et pour être tout à fait franc, WordPress surpasse Concrete5 et s’avère être bien meilleur en termes de soutien offert.

Public cible et base d’utilisateurs

Maintenant, lorsque je compare WordPress avec Concrete5 en termes de public cible et de base d’utilisateurs, j’ai trouvé des informations fascinantes.
De nombreuses grandes entreprises utilisent WordPress, mais il y a enfin des personnes qui se sont tournées vers WordPress pour optimiser et améliorer leur site web. WordPress jouit d’une audience énorme qui l’utilise pour le site web et le blog dans différentes niches telles que,
– Objectifs du portefeuille (photographes, artistes et designers, etc.).
– Site web de l’entreprise.
– Sites web de magazines/nouvelles.
– Blogs (C’est l’objectif principal).
A propos de Concrete5, le fait amusant est que Concrete5 a acquis presque le même public cible que WordPress. Vous devez vous demander ce que cela signifie ? En fait, mon point de vue est que les utilisateurs de Concrete5 sont les mêmes que ceux de WordPress. Cependant, l’exception n’est pas dans la nature de l’utilisateur, elle est dans le niveau.

Chronologie de l’histoire de l’Internet : ARPANET sur la toile mondiale

Le mérite du concept initial qui s’est développé sur le World Wide Web revient généralement à Leonard Kleinrock. En 1961, il a écrit sur ARPANET, le prédécesseur d’Internet, dans un article intitulé « Information Flow in Large Communication Nets ». Kleinrock, ainsi que d’autres innovateurs tels que J.C.R. Licklider, le premier directeur de l’Office des technologies de traitement de l’information (IPTO), a fourni l’épine dorsale du flux omniprésent de courriels, de médias, de publications sur Facebook et de tweets qui sont maintenant partagés en ligne tous les jours.

Voici donc un bref historique de l’internet :

Le précurseur de l’Internet a été lancé aux premiers jours de l’histoire de l’informatique, en 1969, avec le réseau ARPANET (Advanced Research Projects Agency Network) du ministère américain de la défense. Les chercheurs financés par l’ARPA ont mis au point un grand nombre des protocoles utilisés aujourd’hui pour la communication sur Internet. Cette chronologie offre un bref historique de l’évolution de l’Internet :
1965 : Deux ordinateurs du laboratoire Lincoln du MIT communiquent entre eux en utilisant la technologie de commutation par paquets.
1968 : Beranek et Newman, Inc. (BBN) dévoile la version finale des spécifications de l’Interface Message Processor (IMP). BBN remporte le contrat ARPANET.
1969 : Le 29 octobre, le Centre de mesure du réseau de l’UCLA, l’Institut de recherche de Stanford (SRI), l’Université de Californie-Santa Barbara et l’Université de l’Utah installent des nœuds. Le premier message est « LO », qui est une tentative de l’étudiant Charles Kline de « LOGIN » à l’ordinateur du SRI de l’université. Cependant, le message n’a pas pu être complété car le système SRI a planté.
1972 : Ray Tomlinson, de BBN, introduit le courrier électronique en réseau. Le groupe de travail sur l’interconnexion des réseaux (INWG) se forme pour répondre au besoin d’établir des protocoles standard.
1973 : Le réseautage mondial devient une réalité alors que l’University College of London (Angleterre) et le Royal Radar Establishment (Norvège) se connectent à ARPANET. Le terme Internet est né.
1974 : Le premier fournisseur de services Internet (ISP) est né avec l’introduction d’une version commerciale d’ARPANET, connue sous le nom de Telenet.
1974 : Vinton Cerf et Bob Kahn (le duo que beaucoup considèrent comme les pères de l’Internet) publient « A Protocol for Packet Network Interconnection », qui détaille la conception du TCP.
1976 : La reine Elizabeth II appuie sur le « bouton d’envoi » de son premier courriel.
1979 : USENET se met en place pour accueillir des groupes de discussion et d’information.
1981 : La National Science Foundation (NSF) accorde une subvention pour la création du Computer Science Network (CSNET) afin de fournir des services de réseautage aux informaticiens universitaires.
1982 : Le protocole de contrôle de transmission (TCP) et le protocole Internet (IP), en tant que suite de protocoles, communément appelés TCP/IP, apparaissent comme le protocole d’ARPANET. Il en résulte la définition naissante de l’Internet en tant qu’Internet TCP/IP connecté.

Le TCP/IP reste le protocole standard pour l’Internet.

1983 : Le système de noms de domaine (DNS) établit le système bien connu des noms de sites web .edu, .gov, .com, .mil, .org, .net et .int. Ce système est plus facile à retenir que la désignation précédente pour les sites web, comme 123.456.789.10.
1984 : William Gibson, auteur de « Neuromancer », est le premier à utiliser le terme « cyberespace ».
1985 : Symbolics.com, le site web de Symbolics Computer Corp. dans le Massachusetts, devient le premier domaine enregistré.
1986 : Le réseau NSFNET de la Fondation nationale des sciences est mis en ligne dans les centres de super-ordinateurs connectés à 56 000 bits par seconde – la vitesse d’un modem informatique commuté typique. Au fil du temps, le réseau s’accélère et les réseaux régionaux de recherche et d’éducation, soutenus en partie par la NSF, sont connectés à la dorsale du NSFNET – étendant effectivement l’Internet à l’ensemble des États-Unis. Le NSFNET était essentiellement un réseau de réseaux qui reliait les utilisateurs universitaires avec l’ARPANET.
1987 : Le nombre d’hôtes sur l’Internet dépasse les 20 000. Cisco expédie son premier routeur.
1989 : World.std.com devient le premier fournisseur commercial d’accès commuté à l’Internet.
1990 : Tim Berners-Lee, un scientifique du CERN, l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire, développe le langage de balisage hypertexte (HTML). Cette technologie continue à avoir un impact important sur la façon dont nous naviguons et regardons l’Internet aujourd’hui.
1991 : Le CERN présente le World Wide Web au public.
1992 : Les premiers documents audio et vidéo sont diffusés sur Internet.

L’expression « naviguer sur Internet » est popularisée.

1993 : Le nombre de sites web atteint 600 et la Maison Blanche et les Nations Unies se mettent en ligne. Marc Andreesen développe le navigateur Web Mosaic à l’université de l’Illinois, Champaign-Urbana. Le nombre d’ordinateurs connectés au NSFNET passe de 2 000 en 1985 à plus de 2 millions en 1993. La National Science Foundation mène une action visant à définir une nouvelle architecture Internet qui permettrait de soutenir l’utilisation commerciale florissante du réseau.
1994 : Naissance de Netscape Communications. Microsoft crée un navigateur Web pour Windows 95.
1994 : Yahoo ! est créé par Jerry Yang et David Filo, deux étudiants diplômés en génie électrique de l’université de Stanford. Le site s’appelait à l’origine « Jerry and David’s Guide to the World Wide Web ». La société a ensuite été constituée en mars 1995.
1995 : Compuserve, America Online et Prodigy commencent à fournir un accès à Internet. Amazon.com, Craigslist et eBay sont mis en ligne. Le réseau fédérateur NSFNET d’origine est mis hors service, la transformation d’Internet en entreprise commerciale étant en grande partie achevée.

1995 : Le premier site de rencontres en ligne, Match.com, est lancé.
1996 : La guerre des navigateurs, principalement entre les deux grands acteurs que sont Microsoft et Netscape, s’intensifie. CNET achète tv.com pour 15 000 dollars.
1996 : Une animation 3D intitulée « Le bébé qui danse » devient l’une des premières vidéos virales.
1997 : Netflix est fondée par Reed Hastings et Marc Randolph. Il s’agit d’une société qui envoie des DVD aux utilisateurs par courrier.
1997 : Les fabricants de PC peuvent supprimer ou cacher le logiciel Internet de Microsoft sur les nouvelles versions de Windows 95, grâce à un accord avec le ministère de la justice. Netscape annonce que son navigateur sera gratuit.
1998 : Le moteur de recherche Google est né, changeant la façon dont les utilisateurs interagissent avec l’Internet.
1998 : Introduction de la version 6 du protocole Internet, pour permettre la croissance future des adresses Internet. Le protocole le plus utilisé actuellement est la version 4. IPv4 utilise des adresses de 32 bits permettant 4,3 milliards d’adresses uniques ; IPv6, avec des adresses de 128 bits, permettra 3,4 x 1038 adresses uniques, soit 340 trillions de trillions de trillions.
1999 : AOL achète Netscape. Le partage de fichiers peer-to-peer devient une réalité avec l’arrivée de Napster sur Internet, au grand dam de l’industrie musicale.
2000 : La bulle Internet éclate. Des sites web tels que Yahoo ! et eBay sont touchés par une attaque de déni de service à grande échelle, mettant en évidence la vulnérabilité d’Internet. AOL fusionne avec Time Warner

Publicité

2001 : Un juge fédéral ferme Napster, estimant qu’il doit trouver un moyen d’empêcher les utilisateurs de partager des documents protégés par des droits d’auteur avant de pouvoir les remettre en ligne.
2003 : Le ver SQL Slammer se propage dans le monde entier en 10 minutes. Lancement de Myspace, Skype et du navigateur Safari.
2003 : Lancement de la plateforme de publication de blogs WordPress.
2004 : Facebook se met en ligne et l’ère des réseaux sociaux commence. Mozilla dévoile le navigateur Mozilla Firefox.
2005 : Lancement de YouTube.com. Le site d’informations sociales Reddit est également fondé.
2006 : AOL change son modèle économique, offrant la plupart de ses services gratuitement et s’appuyant sur la publicité pour générer des revenus. Le Forum sur la gouvernance de l’internet se réunit pour la première fois.
2006 : Lancement de Twitter. Le fondateur de la société, Jack Dorsey, envoie le tout premier tweet : « Je viens d’installer mon twttr. »
2009 : L’Internet marque son 40e anniversaire.
2010 : Facebook atteint 400 millions d’utilisateurs actifs.
2010 : Les sites de médias sociaux Pinterest et Instagram sont lancés.
2011 : Twitter et Facebook jouent un rôle important dans les révoltes au Moyen-Orient.
2012 : L’administration du président Barack Obama annonce son opposition à des parties importantes de la loi « Stop Online Piracy Act » et de la loi « Protect Intellectual Property Act », qui auraient promulgué de nouvelles règles générales obligeant les fournisseurs d’accès à Internet à contrôler les contenus protégés par le droit d’auteur. L’effort réussi pour stopper le projet de loi, impliquant des entreprises technologiques telles que Google et des organisations à but non lucratif comme Wikipedia et l’Electronic Frontier Foundation, est considéré comme une victoire pour les sites comme YouTube qui dépendent du contenu généré par les utilisateurs, ainsi que de l' »utilisation équitable » sur Internet.
2013 : Edward Snowden, ancien employé de la CIA et contractant de la National Security Agency (NSA), révèle que la NSA avait mis en place un programme de surveillance capable d’écouter les communications de milliers de personnes, dont des citoyens américains.
2013 : Cinquante et un pour cent des adultes américains déclarent effectuer des opérations bancaires en ligne, selon une enquête menée par le Pew Research Center.
2015 : Instagram, le site de partage de photos, atteint 400 millions d’utilisateurs, devançant Twitter, qui atteindrait 316 millions d’utilisateurs au milieu de la même année.
2016 : Google dévoile Google Assistant, un programme d’assistant personnel à commande vocale, marquant l’entrée du géant de l’Internet sur le marché des assistants informatiques « intelligents ». Google rejoint Alexa d’Amazon, Siri d’Apple et Cortana de Microsoft.

Formation de la grande communauté

L’Internet est autant un ensemble de communautés qu’un ensemble de technologies, et son succès est largement attribuable à la fois à la satisfaction des besoins fondamentaux de la communauté et à l’utilisation efficace de la communauté pour faire progresser l’infrastructure. Cet esprit communautaire a une longue histoire qui a commencé avec les débuts d’ARPAnet. Les premiers chercheurs d’ARPAnet ont travaillé en étroite collaboration pour réaliser les premières démonstrations de la technologie de commutation par paquets décrites plus haut. De même, le satellite par paquets, la radio par paquets et plusieurs autres programmes de recherche informatique de la DARPA étaient des activités de collaboration entre plusieurs entrepreneurs qui utilisaient largement tous les mécanismes disponibles pour coordonner leurs efforts, en commençant par le courrier électronique et en ajoutant le partage de fichiers, l’accès à distance et, finalement, les capacités du World Wide Web. Chacun de ces programmes a formé un groupe de travail, à commencer par le groupe de travail du réseau ARPAnet. En raison du rôle unique que jouait ARPAnet en tant qu’infrastructure soutenant les différents programmes de recherche, le groupe de travail sur le réseau s’est transformé en groupe de travail sur l’Internet à mesure que l’Internet commençait à évoluer.
À la fin des années 1970, reconnaissant que la croissance de l’Internet s’accompagnait d’une augmentation de la taille de la communauté de recherche intéressée et donc d’un besoin accru de mécanismes de coordination, Vint Cerf, alors directeur du programme Internet à la DARPA, a formé plusieurs organes de coordination – un Conseil de coopération internationale (ICB), présidé par Peter Kirstein de l’UCL, pour coordonner les activités avec certains pays européens coopérants centrées sur la recherche par satellite en mode paquet, un Groupe de recherche Internet qui était un groupe inclusif fournissant un environnement pour l’échange général d’informations, et un Conseil de contrôle de la configuration Internet (ICCB), présidé par Clark. L’ICCB était un organe sur invitation destiné à aider le Cerf à gérer l’activité Internet en plein essor.

L’histoire du web

Le web

L’année 2014 a marqué deux anniversaires importants dans l’évolution des technologies de l’information. Il y a quarante-cinq ans (le 29 octobre 1969), le premier lien ARPAnet (qui sera plus tard connu sous le nom d’Internet) a été établi entre l’UCLA et SRI. Il y a vingt-cinq ans (mars 1989), Tim Berners-Lee a fait circuler une proposition de « Mesh » (qui sera plus tard connu sous le nom de World Wide Web) à sa direction au CERN.

Cette chronologie met en évidence les développements majeurs (et quelques développements mineurs) de l’évolution de ces deux fleurs jumelles de l’ère numérique, l’une (l’Internet) une infrastructure de réseau, l’autre (le Web) une infrastructure logicielle superposée. Ensemble, elles ont jusqu’à présent connecté plus d’un tiers de la population mondiale et ont fait de millions de personnes à la fois de nouveaux consommateurs et de nouveaux créateurs d’informations.

Trois thèmes ou tensions clés découlent de cette très courte histoire de l’Internet et du Web : 1. Centralisation vs. décentralisation des ressources et des connaissances ; 2. application d’une taxonomie préconçue à un ensemble de connaissances vs. auto-organisation par le biais de liens associatifs ; 3. consommation à sens unique vs. consommation et création de connaissances à double sens. De manière plus générale, il s’agit d’une bataille entre systèmes fermés/propriétaires et ouverts/universels, une lutte permanente qui façonnera l’avenir de l’Internet et du Web.

1728 Ephraim Chambers, un globe-trotter londonien, publie la Cyclopédie, ou, un Dictionnaire universel des arts et des sciences. C’est la première tentative de relier par association tous les articles d’une encyclopédie ou, plus généralement, toutes les composantes de la connaissance humaine.

Pourquoi les dirigeants devraient-ils cesser d’être obsédés par les plateformes et les écosystèmes ?
Quel est l’impact de la technologie sur la main-d’œuvre actuelle ?
Pourquoi l’avenir du monde des affaires consiste-t-il à créer une valeur partagée pour tous ?
« Les anciens lexicographes n’ont rien tenté de semblable à Structure in their Works ; ils ne semblent pas non plus avoir eu conscience qu’un dictionnaire était dans une certaine mesure capable de présenter les avantages d’un discours continu. En conséquence, nous ne voyons rien de semblable à un Tout dans ce qu’ils ont fait…. Nous nous sommes efforcés d’atteindre cet objectif en considérant les différents sujets non seulement de manière absolue et indépendante, mais aussi de manière relative ou dans le respect mutuel. Ils sont tous deux traités comme autant de tout, et autant de parties d’un tout plus grand ; leur lien avec celui-ci est souligné par une référence… Une communication est ouverte entre les différentes parties de l’oeuvre ; et les différents articles sont dans une certaine mesure replacés dans leur ordre naturel de science, dont l’ordre technique ou alphabétique les avait retirés.

1910 Les juristes et bibliographes belges Paul Otlet et Henri La Fontaine proposent un dépôt central pour la connaissance du monde, organisé par la Classification décimale universelle. Le Mundaneum abritera à terme plus de 15 millions de fiches, 100 000 fichiers et des millions d’images. En 1934, Otlet fruther avance sa vision de la bibliothèque rayonnée, dans laquelle les gens du monde entier passeront des appels téléphoniques à son « cerveau mécanique et collectif » et recevront des informations en retour sous forme de signaux de télévision.

Février 1966 Robert Taylor devient le directeur du Bureau des techniques de traitement de l’information (IPTO). Il propose à son patron l’ARPAnet, un réseau qui reliera les différents projets que l’ARPA sponsorisait. À l’époque, chaque projet disposait de son propre terminal spécialisé et d’un ensemble unique de commandes utilisateur.

Début 1967 Lors d’une réunion des chercheurs principaux de l’ARPA à Ann Arbor, dans le Michigan, Larry Roberts, le responsable du programme de réseau de l’ARPA, propose son idée d’un ARPAnet distribué par opposition à un réseau centralisé géré par un seul ordinateur. La proposition de M. Roberts, selon laquelle tous les ordinateurs hôtes se connecteraient directement les uns aux autres, faisant double emploi en tant qu’ordinateurs de recherche et routeurs de réseau, n’a pas été approuvée par les chercheurs principaux, qui étaient réticents à consacrer des ressources informatiques précieuses à l’administration du réseau. Après la fin de la réunion, Wesley Clark, un informaticien de l’université de Washington à St. Louis, a suggéré à M. Roberts que le réseau soit géré par de petits ordinateurs identiques, chacun étant relié à un ordinateur hôte. Acceptant l’idée, Roberts a nommé les petits ordinateurs dédiés à l’administration du réseau « Interface Message Processors » (IMPs), qui ont ensuite évolué pour devenir les routeurs actuels.

 

Un article proposé par : https://ewm.swiss/fr/lausanne

Toutes les prestations d’une agence web

agence web

Avant de commencer à répondre à cette question, nous devons nous assurer qu’une chose est claire : que sont les services de marketing numérique ?

Le marketing numérique est un terme général qui englobe toutes sortes d’activités qui se déroulent en ligne pour promouvoir votre marque ou pour stimuler les ventes. De nos jours, toute entreprise qui veut atteindre un public doit avoir une présence numérique.

Le monde est passé au numérique et les méthodes traditionnelles de marketing ne sont plus aussi efficaces et performantes que les années précédentes ; et plus le temps passe, plus cela devient évident.

Aujourd’hui, tout le monde est sur son téléphone, grâce à l’introduction et au développement constant des smart phones ; alors qu’il y a quelques années encore, une grande partie de l’activité en ligne se faisait par le biais d’ordinateurs portables et d’ordinateurs autonomes.

Aujourd’hui, il s’agit de pouvoir taper deux mots dans un moteur de recherche pour obtenir une réponse immédiate.

Vous voulez savoir où vous pouvez aller pour vous acheter une nouvelle robe pour un prochain mariage ? Cherchez sur Google.

Tout ce dont vous avez besoin est à portée de clic.

stratégie de marketing numérique intégral – produits de recherche
Alors, êtes-vous à un clic des gens qui vous trouvent ? Tout dépend de la qualité de votre présence en ligne, et cela ne concerne pas qu’un seul facteur, mais de multiples facteurs.

De la qualité et du classement de votre site web, à votre jeu de médias sociaux, en passant par votre contrôle budgétaire sur la publicité payante.

Maintenant, pour gérer tous ces différents canaux, il y a deux façons de procéder.

– Vous pouvez soit faire appel à une agence de marketing numérique à service complet, soit,
– Vous pouvez engager plusieurs agences de niche.

Mais la question est de savoir quelle est la meilleure option ?

Pour répondre à cette question, nous devons examiner ce que les deux types de méthodologies peuvent offrir.

Recruter des agences spécialisées dans des créneaux multiples
Qu’est-ce qu’une agence de niche ?

Comme le terme l’indique, une agence de niche est une agence qui se concentre uniquement sur un domaine.

Par exemple, une agence web  à Lausanne pourra s’occuper de la conception et du développement de votre site web, une autre de l’optimisation et du marketing pour les moteurs de recherche, une autre de la rédaction de votre contenu… et n’oublions pas la partie sur les médias sociaux qui peut devenir encore plus compliquée.

Certaines agences de niche, se concentreront uniquement sur une plate-forme, et non sur les médias sociaux dans leur ensemble. Vous pouvez donc avoir une agence qui s’occupe de votre compte Twitter, une autre qui se concentre sur votre compte Instagram et une autre encore pour votre compte Facebook.

Agence de niche

La spécification est toutefois importante, lorsque les besoins d’une entreprise ne se limitent pas à un ou deux services, mais sont ouverts à de nombreux services différents, cela s’avérera difficile. Vous devrez être en contact avec toutes les agences de marketing numérique, et rappelez-vous qu’il n’y a pas de communication entre elles.

Par exemple, le compte Instagram d’une entreprise sera géré par une agence, et la page Facebook sera gérée par une autre agence. Si cette solution peut être avantageuse en termes de spécification et de personnalisation, elle peut en revanche être moins cohérente et plus durable.

C’est simple ! Si vous souhaitez promouvoir un événement ou un produit à venir, si une agence est chargée de gérer les deux comptes, ainsi que les autres canaux et le site web lui-même, ce produit ou cet événement peut facilement être promu simultanément sur tous les canaux, les canaux se croisant également, par exemple : partage d’un post Instagram sur Facebook.

Agences de niche commercialisant votre événement

En revanche, avec les agences de marketing numérique de niche, le partage se limite à ce canal particulier ; et en ce qui concerne la cohérence, il vous incombera de conseiller à chaque entreprise de publier des informations sur ce produit ou cet événement particulier sur leurs canaux respectifs.

Mais si vous êtes le genre d’entreprise qui doit être en communication constante avec son agence, lui fournir du contenu ou lui demander un travail particulier, la gestion de plusieurs agences à la fois n’est peut-être pas l’option idéale pour vous.

Sans oublier de vous assurer que la voix de votre marque s’exprime sur tous ces différents canaux ! Si les agences de niche savent très bien comment s’adresser au public d’un réseau de médias sociaux particulier, vous risquez en revanche que la voix de votre marque varie d’un canal à l’autre.

Les médias sociaux mis à part, imaginez que votre site web soit conçu par une agence mais que la rédaction du contenu et l’optimisation pour les moteurs de recherche soient effectuées par une autre agence.

Tout d’abord, il y a beaucoup trop de gens qui ont accès à votre site web. Ce n’est pas une situation idéale. Si quelque chose devait arriver, par où commenceriez-vous ? Deuxièmement, la conception et le développement du site web jouent un rôle crucial dans le référencement. Ainsi, les modifications apportées au site web peuvent soit aider, soit entraver le référencement.

Dans une agence de marketing numérique à service complet, cela ne poserait aucun problème, car les départements communiquent facilement entre eux ; en revanche, lorsque vous passez d’une agence à l’autre, c’est une toute autre histoire. Dans ce cas, vous auriez besoin de plusieurs employés pour rester en contact et créer une communication entre eux.

Par conséquent, à moins que votre entreprise ne se concentre sur un aspect particulier de la présence en ligne, il est préférable d’envisager de faire appel à des agences de marketing numérique à service complet.

Recrutement d’une agence de marketing numérique à service complet

Une agence de marketing numérique à service complet est une agence qui gère tous les aspects de la présence en ligne d’une entreprise. Ce type d’agence dispose de différents départements qui se concentrent sur un seul domaine, par exemple un département pour la conception, le développement de sites web, la rédaction de contenu, la gestion des médias sociaux, le référencement et le SEM.

L’objectif de l’agence est donc de proposer une stratégie globale pour l’entreprise, en définissant ses indicateurs clés de performance (KPI) et en évaluant comment chaque département peut contribuer à la réalisation de cet objectif final.

Par exemple, une jeune entreprise aurait d’abord besoin d’un design attrayant, convivial et mobile pour un site web qui serait géré par l’équipe de conception et d’UX, puis le site web entrerait en phase de développement, tandis que les départements SEO et de rédaction de contenu, ainsi que le département SEM, se préparent.

Les canaux de médias sociaux suivent le mouvement, la stratégie démarrant en coordination avec les autres départements.

Le « service complet » est donc exactement ce qu’il implique. Une stratégie holistique, qui consiste en ces sous-stratégies en fonction du domaine. Votre entreprise en bénéficierait :

– Une stratégie de conception et d’aménagement
– Une stratégie de contenu
– Une stratégie de référencement
– Une stratégie SEM
– Une stratégie pour les médias sociaux

… et le meilleur, c’est que vous obtenez tous les services de l’agence de marketing numérique en un seul endroit. Pas de problème. Pas de stress.

Agence numérique de niche ou de service complet ?

Il va sans dire que vous seul pouvez voir ce qui est le mieux pour votre entreprise, et la première étape à franchir pour prendre cette décision est de vous asseoir et de réfléchir soigneusement aux objectifs de votre entreprise.

Quelle est votre première priorité ? Quel type d’entreprise êtes-vous ? De quoi aurait besoin une entreprise comme la vôtre pour créer une présence numérique ?

Bien sûr, les agences de niche sont agréables pour une raison : elles vivent et respirent leur domaine de travail spécifique. Si 90 % de votre public vit sur un réseau particulier, par exemple Facebook, alors dans ce cas, le recours à une agence de niche pourrait bien vous convenir.

Si vous voulez cependant que votre marque devienne virale, qu’elle soit présente et accessible sur plusieurs canaux en même temps, que ce soit par le biais de la recherche organique ou payante, du marketing par e-mail ou de différentes plateformes de médias sociaux, alors votre meilleure option serait une agence numérique à service complet.

Cela garantira non seulement une large présence en ligne, mais aussi un fonctionnement harmonieux et une communication constante entre l’agence numérique et votre entreprise.

Le réseau Digital Agency Network propose chaque jour des nouvelles fraîches, des travaux créatifs et des articles de blog intéressants provenant des principales agences numériques. Consultez l’annuaire de DAN pour découvrir les meilleures agences de marketing numérique au monde !

Les trois différences les plus notables entre les agences de niche et les agences à service complet sont les suivantes :

1. FOCUS
La focalisation est une différence qui sépare les agences de niche et les agences à service complet :

Agence de niche

Une agence de niche se spécialise dans un domaine, comme la conception de sites web ou le référencement.

Si vous engagiez une agence de marketing de niche et lui demandiez de vous aider pour une prochaine campagne de PPC, elle ne pourrait pas le faire. C’est en dehors de leur domaine, ce qui signifie que votre équipe doit soit gérer la campagne en interne, soit s’associer à une deuxième agence de niche spécialisée dans la publicité payante.

Agence à service complet

Une agence de marketing numérique à service complet est spécialisée dans de nombreux domaines, du marketing à la publicité.

Par rapport à une agence de marketing de niche, une agence web à service complet pourrait vous aider immédiatement dans votre campagne de PPC. Elle dispose de plusieurs équipes avec des spécialisations différentes, comme la conception web, la publicité payante et le marketing en ligne, pour vous aider dans tous les aspects du marketing et de la publicité.

2. CAPACITÉS
Les agences de niche et de services complets diffèrent également en ce qui concerne leurs capacités :

Comme une agence de niche concentre ses efforts sur un domaine, comme la conception de sites web, ses capacités spécialisées sont limitées. Par exemple, une agence de niche peut offrir un accès à des concepteurs exceptionnels, mais ne peut pas aider dans d’autres domaines connexes, comme l’optimisation des moteurs de recherche.

C’est pourquoi les agences spécialisées travaillent bien sur des projets ponctuels et spécialisés, comme la refonte d’un site web.

Agence à service complet

Une agence à service complet est dotée d’une énorme quantité de capacités. Du talent à la technologie, ils fournissent à votre entreprise les services et les stratégies nécessaires pour réussir dans votre secteur et sur votre marché. En plus,

elles peuvent souvent se développer avec votre entreprise, en adaptant leurs services à vos besoins.

3. GESTION
Les exigences en matière de gestion mettent également en évidence une différence entre les agences à service complet et les agences de niche :

Un partenariat avec une agence de niche ne pose pas de problèmes de gestion à votre équipe interne. C’est lorsque les entreprises travaillent avec plus d’une agence spécialisée que les choses se compliquent. Votre équipe doit réserver du temps pour appeler et rencontrer plusieurs agences, ainsi que pour essayer de coordonner les efforts de ces agences.

Pour de nombreuses entreprises, cette situation se traduit par des pertes de temps, une mauvaise communication et des services peu performants.

Quel est l’exemple d’une stratégie de service complet ?

Lorsqu’on explique ce que fait une agence de marketing numérique à service complet, il est utile de donner un exemple.

Un fabricant de lames industrielles, qui voulait augmenter ses pistes et ses revenus. Pour atteindre cet objectif, la société a adopté une approche coordonnée sur plusieurs fronts, en s’associant à une agence web offrant un service complet (dans ce cas).

Dans le cadre de sa stratégie, a investi dans les services suivants

SEO
PPC
Marketing par courrier électronique
Marketing des médias sociaux

Si il avait travaillé avec une agence de niche pour ces services, elle aurait dû collaborer avec quatre agences distinctes. Cela aurait demandé énormément de temps et d’efforts à leur équipe, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles ils se sont associés à notre agence web à service complet.

Une capture d’écran des résultats d’une étude de cas sur le marketing de services complets

En s’associant avec une agence de marketing numérique à service complet, York Saw and Knife a pu lancer une stratégie coordonnée pour augmenter ses pistes et ses revenus. Quelques exemples de bénéfices supplémentaires issus du partenariat incluent une augmentation des taux de conversion et une diminution des coûts de conversion.

Combien coûtent les services d’une agence web à service complet ?

Le coût d’une agence web à service complet varie considérablement et dépend de plusieurs facteurs, notamment

Le nombre de services nécessaires
L’expérience de l’agence
Les prestations de services de l’agence
Le délai d’exécution du service, comme pour une conception web accélérée
La taille de votre entreprise
La complexité de votre stratégie
Si votre entreprise investit uniquement dans le référencement et le PPC, par exemple, vous aurez probablement des coûts inférieurs à ceux d’une entreprise utilisant le référencement, le marketing de contenu, le PPC et la publicité dans les médias sociaux. Toutefois, la taille de votre entreprise peut entraîner des budgets très différents.