Archives de catégorie : Cosmétiques

CHUV parlons en !

L’évolution de l’hôpital universitaire vaudois

Le centre hospitalier universitaire vaudois est parmi les plus anciens établissements de santé de Suisse et même du monde. En effet, l’hospice de Villeneuve qui est à son origine est créé en 1236, pour accueillir les pèlerins et les pauvres, sous l’impulsion d’un seigneur nommé Aymon de Savoie. Déjà à cette époque, les archives relatent des statistiques aux chiffres qui dépassent le millier, en ce qui concerne les hôtes. C’est seulement quelques décennies plus tard qu’il devient un vrai hôpital, dont la construction des bâtiments se passe entre 1277 et 1279.

Une rapide expansion

Maints agrandissements sont entrepris, puis une reconstruction totale en 1766, sur le même site. Une liquidation survient en 1806, ce qui permet au Grand Conseil de l’acquérir et de changer le nom. Il disposait alors de près de 100 lits, pour offrir des soins médicaux à des malades touchés par des pathologies graves ou des maux psychiatriques. A cette époque, des détenus y étaient aussi enfermés, mais ces derniers sont transférés dans un autre lieu en 1826.
En l’an 1883, la capacité de 470 lits est atteinte, accompagnée d’un nouveau nom qui est l’Hôpital Cantonal du Bugnon, après la construction de quatre pavillons et d’un édifice que l’on nomme le Château. Ce qui en fait un des plus grands espaces dédié à la santé dans la Confédération helvétique. Puis, grâce à la présence de l’UNIL (Université de Lausanne) qui ouvre une faculté de médecine, il se transforme en hôpital universitaire. Ce qui permet au genevois et genevoise de s’instruire et de se soigner dans un établissement ou exercent les médecins les plus célèbres de Genève.
Le site ne cesse de s’agrandir et différents bâtiments émergent, pour pouvoir accueillir la maternité, la clinique infantile, ainsi que l’institut d’anatomie pathologique et le pavillon chirurgical, entre autres. Ce dernier excelle particulièrement dans le domaine de la réparation du visage après un accident ou une brûlure grave. La chirurgie réparatrice a permis le développement de la médecine esthétique, grâce à la connaissance qui s’améliore en ce qui concerne des différents muscles du visage, ainsi que les mécanismes qui les régissent.

Continuité des travaux

Le propriétaire des lieux, toujours en la personne du Conseil d’Etat, décide de mettre en œuvre un plan d’extension cantonal, d’où la naissance par la suite de la Cité hospitalière, dont la construction est entreprise à partir de 1971. Quelques changements de nom s’ensuivent, pour enfin arriver au Centre hospitalier vaudois qui est entièrement terminé en 1983. Ce qui permet d’y loger près de 1200 lits en médecine comme en chirurgie.
Les anciens bâtiments ne sont pas délaissés pour autant, même si l’on remarque notamment la disparition des quatre pavillons qui ont été construits en même temps que le Château. Ne pouvant plus suivre les normes sanitaires, bien que faisant partie intégrante du site, ces établissements ont été transformés en locaux destinés à accueillir l’administration de l’hôpital, ainsi que la faculté de biologie et de médecine. Cette dernière fusionnera quelques années plus tard avec la faculté de médecine et de biologie.

Même au XXIème siècle, les améliorations et les constructions sont encore de mise, notamment avec le déplacement de la Policlinique médicale universitaire qui est accueillie dans un nouveau bâtiment situé dans la rue Bugnon, alors qu’elle était auparavant placée dans la rue César-roux. On note également l’apparition d’un nouveau département dédié à l’appareil locomoteur, qui s’occupe autant des services d’orthopédie et de traumatologie, que de la réhabilitation ainsi que de la chirurgie plastique et reconstructive. Ce qui ouvre la voie à la chirurgie plastique, une des spécialités très appréciées du HUG.

Vous avez dit Acide Hyaluronique ?

La solution a effet immédiate pour les rides ; l’acide hyaluronique

Les ravages du temps se font peu à peu lire sur votre visage ? Optez pour les injections d’acide hyaluronique. Elles présentent plus d’avantages à court et à long terme par rapport au botox.

Il faut savoir que le corps humain possède, durant sa jeunesse, un stock important d’acide hyaluronique dans la peau. C’est une substance qui contribue à combler les espaces entre les diverses fibres de la peau. Le petit hic c’est que les stocks d’acide hyaluronique réduisent avec le temps. A environ 50 ans, il ne nous reste plus que 50% de notre capital. Les espaces entre les fibres de la peau sont donc plus difficilement comblés, et les rides s’accentuent.
Synthétisée, l’acide hyaluronique esthétique est utilisé en médecine esthétique pour son action de comblement des rides. Quand le botox paralyse le muscle, l’acide hyaluronique quant à elle est injectée sous la peau à l’aide d’une très fine aiguille pour regonfler la peau. Cette dernière reprend alors un aspect lisse et naturel presque immédiatement. La méthode est d’ailleurs la même que pour le collagène.
Les avantages de l’acide hyaluronique sont d’abord que ces injections sont très peu douloureuses. De plus, les effets sont immédiats et ne laissent aucune cicatrice contrairement à d’autres injections. D’ailleurs, les cicatrices elles-mêmes peuvent être traitées grâce à l’acide hyaluronique. En autre, ces résultats durent jusqu’à 9 mois après l’injection, beaucoup plus longtemps que pour d’autres produits. La deuxième injection d’acide hyaluronique n’est donc nécessaire qu’après 6 à 12 mois de la première. Elle est généralement utilisée pour les rides des ailes du nez et celles autour de la bouche et du pourtour des lèvres. L’acide hyaluronique corrige également les rides du lion (entre les sourcils) et les pattes d’oie, celles en étoile au bord externe de l’œil. Il ne faut pas oublier non plus les rides horizontales du front qui complexent pas mal de femmes.
Il est vrai que toutes les femmes veulent rester jeunes et belles. Toutefois, face à tous ses artifices, mieux vaut être que paraître. Le temps est inaltérable. Tôt au tard, il vous rattrape !

COMBIEN DE TEMPS DURE UNE SÉANCE DE Fillers ?
Chaque séance de remplissage à l’acide hyaluronique dure en moyenne 15 à 20 minutes, mais cela dépend beaucoup de la taille de la zone à traiter.

JE SUIS ENCEINTE, PUIS-JE SUIVRE LE TRAITEMENT ?
En cas de grossesse, il est préférable d’éviter le traitement et d’attendre la fin de la phase d’allaitement.

COMBIEN DE TEMPS DURENT LES EFFETS DU TRAITEMENT ?
La durée de l’effet du traitement peut varier en fonction de plusieurs facteurs tels que : le type de peau, la zone à traiter et la concentration d’acide hyaluronique, mais aussi des éléments tels que le stress, le tabagisme et la nutrition peuvent influencer la durée de l’efficacité du traitement. En moyenne, la durée des résultats varie de 6 à 24 mois.

COMBIEN Y A-T-IL DE TYPES DE REMPLISSEURS ?
On distingue principalement trois types de charges : les charges résorbables ou transitoires, les charges semi-permanentes et les charges permanentes. Toutefois, les charges résorbables et biocompatibles sont préférées car il a été constaté que les charges permanentes sont dans certains cas contre-indiquées et nuisibles à la santé.

DES EFFETS INDÉSIRABLES PEUVENT-ILS SE PRODUIRE ?
Le traitement à l’acide hyaluronique est un traitement sûr mais dans certains cas, notamment si le traitement a été effectué dans des zones plus délicates comme les lèvres, le gonflement peut être plus permanent mais dans tous les cas, la situation aura tendance à se résorber en une semaine. Des réactions inflammatoires plus graves, d’une durée de plusieurs mois, n’ont été signalées que dans des cas très coûteux.

PUIS-JE RETOURNER AU TRAVAIL APRÈS LE TRAITEMENT ?
Il suffit d’attendre quelques heures avant de reprendre le travail.

ET POUR LES ACTIVITÉS SPORTIVES ?
Il est recommandé d’attendre 24 à 48 heures avant de reprendre le sport.

En savoir plus : https://netgo.fr/site-152-docteur-riccardo-marsili

Soins hydratants

JUS DE LÉGUMES ET BONNES HUILES

Lutter contre le dessèchement cutané passe aussi par quelques astuces. Le Côté alimentation, mise sur les jus de légumes, riches en sels minéraux; qui retiennent l’eau et compensent la déperdition par la transpiration. Complétez leurs bienfaits grâce è une cure de compléments alimentaires. Ceux contenant des huiles d’onagre et de bourrache sont particulièrement indiqués pour préparer l’épiderme à affronter le froid ou les variations de température. L’eau ménagère est souvent calcaire et la peau en souffre. Si possible, optez pour des robinets équipés d’un système anti-calcaire. Et lorsque vous utilisez des produits détergents sans gants, appliquez ensuite sur vos mains un soin hydratant. Si vous prenez l’avion, buvez beaucoup d’eau et appliquez régulièrement une noisette de votre crème hydratante. La pressurisation est un facteur de déshydratation intense. Pour savoir à quels soins hydratants recourir, il faut discerner les besoins de votre peau. Elle est sèche depuis votre plus tendre enfance ? Elle est occasionnellement déshydratée par des facteurs environnementaux ou internes ? Ou bien elle brille, vous gratifie même de points noirs mais tiraille cependant? Autre possibilité: elle est normale à tendance sèche ; un petit coup de pouce quotidien suffit pour qu’elle retrouve son équilibre.

SÉCHERESSE DE LA PEAU

Contrairement à une peau déshydratée qui souffre occasionnellement d’un manque d’eau, une peau sèche de nature présente un déficit pennanent de lipides. Cette carence en corps gras l’empêche de constituer, à sa surface, un film hydrolipidique résistant. Mal armée contre les agressions extérieures, sensible, rêche, la peau sèche risque en outre de se rider prématurément. Pour contrarier cette tendance, il faut la bichonner. De l’extérieur, avec des soins relipidants, et de l’intérieur, en buvant au mains un litre et demi d’eau par jour.
RÉPARATION PONCTUELLE

En fonction de l’environnement ou de l’état de santé (fatigue physique ou morale), la peau peut être plus ou moins déshydratée. Il lui faut des soins qui désaltèrent les épidei nies assoiffés, comme après une exposition au soleil. Fines et légères, leurs textures pénètrent rapidement, sans laisser de film gras sur la peau. Ces vagues de bien-être font disparaître les sensations de tiraillement. Attention, elles ne sont pas destinées à nourrir en profondeur ou durablement.
LE SÉBUM

Le rôle du sébum est de protéger l’épiderme  du dessèchement. Du sébum, la peau grasse n’en manque certainement pas En revanche, tout comme les autres types de peau, elle peut souffrir d’une carence en eau et desquamer. Et produire plus de sébum en tentant de compenser ce déficit, d’où encore plus d’imperfections. La solution pour briser ce cercle ? Utiliser des cosmé-tiques en phase aqueuse conçus pour ce type de peau. Afin d’atténuer l’aspect luisant, l’idéal est d’utiliser une crème hydratante dotée d’une action matifiante.
ENTRETIEN AU QUOTIDIEN La nature vous a fait cadeau d’une peau dont le système d’hydratation fonctionne parfaitement? Vous n’avez donc plus qu’a l’entretenir pour qu’il dure le plus long-temps possible. Votre mission est simple : protéger et renforcer le film hydrolipi-dique. Évitez les gants de crin comme les gommages trop abrasifs. Pour votre rituel de nettoyage biquotidien, procédez tout en douceur. Et pour maintenir le taux d’hydratation de votre épiderme, misez sur des produits jour et nuit recourant à des actifs connus pour retenir l’eau, comme l’acide hyaluronique..

Sites internet pour en savoir plus :

https://www.riccardomarsili.fr

Les cosmétiques

Des produits de beauté naturels pour la santé de la peau et des cheveux

De beaux cheveux ainsi qu’une une peau ferme et éclatante ne sont pas le fruit du hasard. En effet le mode de vie influe directement sur la beauté. Les influences de la pollution de l’environnement provoquent des allergies. Choisir des cosmétiques biologiques, c’est être respectueux de sa peau et de sa santé. Sans pesticides, toutes les crèmes détiennent des principes actifs intéressants. Les formules de ces cosmétiques sont impérativement contrôlées et non testées sur les animaux. Tous les ingrédients sont 100% végétaux et ne polluent pas la terre. Les emballages sont tous recyclables.

Soin des lèvres

Pigments naturels bio

La peau des lèvres est une muqueuse externe hyper fine de l’épiderme. C’est pour cette raison que les gerçures s’installent et guérissent mal. En hiver, des lèvres mal hydratées peuvent se fissurer et entraîner une forte douleur. Les lèvres n’ont pas de pare-feu comme l’épiderme. Elles ne possèdent pas de glandes sébacées.  La kératine présente dans les ongles et les cheveux et qui fait office de raffermissant est inexistante dans la pulpe des lèvres. Le collagène ami de la jeunesse se dilue avec les années. Pour palier à tous ces désagréments et conserver des lèvres pulpeuses et fermes, il existe des cosmétiques biologiques. Ces derniers  soignent et nourrissent les lèvres en respectant leur nature. Le baume enchanteur naturel à base d’huile de jojoba et de cire d’abeille pour massage aura un double effet protecteur et remplisseur des lèvres.

Comment chouchouter les lèvres?

  1. Les dermatologues conseillent d’hydrater régulièrement les lèvres.
  2. Le gommage n’est pas que pour la peau du visage mais aussi pour les lèvres. Il est facile et peu coûteux de préparer un gommage au miel naturel.
  3. Préférer des gloss bio car on ingère les produits qui se posent sur les lèvres.
  4. Concocter des recettes naturelles faites maison plutôt que d’appliquer des produits cosmétiques à base de pétrole.
  5. Le beurre de karité est apprécié des lèvres.

« La nature ne vise pas un but particulier mais un but universel« . R.Emerson

Un article : https://www.entourage.ch/fr/

En savoir plus : https://docs.google.com/document/d/e/2PACX-1vTNNCH9M-Wgwzc5wGD9evTYCCEr2zg4NqX0ojud9nmOuAFNuKB5QTsS2YnGxYbS6a_HfJWfoI2mWA-a/pub