Archives de catégorie : Fonds d’investissements

Développer son entreprise ?

Le travail des employés n’est pas pour vous. Vous voulez vous sentir libre, vous voulez prendre vos propres décisions, vous voulez gagner vos propres batailles, vous voulez apprendre de vos erreurs.
Vous avez une idée entrepreneuriale et vous aimeriez la développer, vous sentez qu’elle est gagnante mais vous ne savez pas par où commencer.

C’est normal, ne vous inquiétez pas !

Si c’est votre situation, alors vous devez lire cet article. Il ne vous apprendra pas à faire un plan d’affaires et ne vous donnera pas la solution à tous vos problèmes, mais il vous aidera à voir plus clairement et (espérons-le) à décider d’approfondir cette idée que vous avez cachée dans le tiroir.

Avant de parler de plans d’affaires, d’analyses et de matrices, voyons comment comprendre si votre idée d’entreprise peut fonctionner et si elle peut avoir une demande sur le marché.

Évaluation de votre idée d’entreprise

La première étape vers le démarrage de votre entreprise devrait être de tester votre idée. Rien à retirer de vos capacités, mais pas toujours nos idées sont aussi celles qui peuvent nous rapporter un revenu.

Vous devriez l’être à ce stade :

  1. Commencer à définir votre idée en ajoutant des détails
  2. Faire des recherches sur le secteur et la concurrence
  3. Demander à d’autres personnes d’évaluer votre idée, quelqu’un qui n’est pas aussi impliqué que vous dans le projet.
  4. Faire une analyse pour essayer de comprendre, en plus des forces que vous avez déjà trouvées, aussi les faiblesses et les obstacles que vous pouvez rencontrer dans sa réalisation.

Si, à la fin de la première étape, vous êtes toujours convaincu de votre idée, vous devez commencer à mieux planifier la mise en œuvre de votre projet.

Faites une analyse de vos compétences.

De quoi avez-vous besoin pour développer votre idée ? Avez-vous les connaissances nécessaires ?

Votre idée d’un produit ou d’un service
Définir ses caractéristiques, analyser l’offre et la demande, faire une étude de marché. De là, vous serez en mesure de comprendre si votre produit ou service l’a demandé, si vous pouvez le vendre, à quel prix et à quel point vous serez confronté à la concurrence.

Ressources humaines.

En évaluant le marché et votre produit, vous vous rendrez compte que vous avez aussi besoin d’autres personnes avec des spécialisations différentes pour développer, proposer et vendre votre idée. À ce stade, vous devrez également évaluer les ressources financières dont vous disposez pour faire participer les employés. Si vous avez besoin d’aide pour mieux comprendre les activités à réaliser, vous pouvez participer à l’un des cours gratuits offerts par la Région, par l’intermédiaire des entreprises de formation commerciale et de conseil en gestion.

Faire des affaires n’est pas facile et il est impératif d’être guidé pour passer de l’idée à la réussite de l’entreprise.

Business Angels

Une fois que vous avez trouvé comment mettre votre idée d’entreprise en pratique, créé votre plan d’affaires, préparé un dossier de présentation, vous pouvez passer à la recherche de partenaires, d’investisseurs ou de business angels. Les investisseurs providentiels sont des investisseurs informels, non institutionnels, qui peuvent fournir des capitaux propres pour votre future entreprise. Avant de présenter votre idée d’entreprise à un Business Angel, assurez-vous d’avoir pris soin de tous les aspects de votre future entreprise en produisant la documentation nécessaire.

« La valeur d’une idée réside dans sa mise en pratique. »

 

En savoir plus et je rigole pas :

https://medium-suisse.ch

 

 

Fond d’investissement ?

Comment fonctionne un fonds d’investissement?

Plusieurs investisseurs s’associent pour placer chacun un montant, dépendant de leur volonté, pour former un capital commun qui sera investi dans des produits, comme des actions ou des obligations. Cela s’appelle un fonds d’investissement. Les investisseurs les plus grands, sont la plupart du temps des sociétés, des banques, ou des familles aisées.

Cependant, de nos jours, le particulier peut aussi faire fructifier ses économies en participant à la constitution d’un capital. Il est tout aussi libre de se retirer du jeu, que d’augmenter ses « mises ». Avec le prochain paragraphe vous aurez un aperçu des dessous d’un fonds d’investissement.

Utilisation du capital

Quelle que soit la provenance du capital, privé ou public, celui-ci peut être utilisé selon différentes manières, qui seront stipulées à l’avance à la constitution du fonds d’investissement. Nous distinguons plusieurs sortes de fonds d’investissement, selon l’utilisation du capital qui a été réuni.

  • On peut par exemple citer le capital risque, qui est un investissement lié au démarrage d’une entreprise.
  • Ensuite le capital développement, responsable comme son nom l’indique, qui participe à l’expansion d’une société.
  • Nous avons aussi les fonds LBO, de l’Anglais « Leveraged Buy Out ».

Que ce soit sur du court ou du long terme, les petits investisseurs qui ne sont pas de grands organismes de financement, peuvent tirer des bénéfices de leurs placements, selon les risques qu’ils prennent. La plupart du temps, le particulier participe rarement aux transactions de manière directe. D’ailleurs, le néophyte complet se perdra facilement dans les dédales du fonctionnement des systèmes financiers. Il faut donc des connaissances basiques très importantes, c’est plutôt l’apanage d’un conseiller financier. C’est ce dernier qu’il faudra donc sélectionner avec soin, si l’on veut des bénéfices conséquents et minimiser les risques.

Les risques et les bénéfices

Pour ne pas se perdre dans les comptes et garder son assurance vie, il faut s’informer activement sur les mécanismes de traitement fiscal des gains ainsi que le ratio des frais de gestion. En effet, quand vous faites appel à des gestionnaires pour gérer vos avoirs, vos salariés, vos logiciels. Cela représente une véritable infrastructure dédiée à la mise en œuvre afin d’obtenir des résultats favorables. Les conseillers financiers sont capables, surtout quand ils ont de l’expérience, d’anticiper les risques. Cette qualité  permet de mieux placer son argent ou le retirer au bon moment. Généralement, les banquiers conseilleront d’effectuer divers placements, dans différents secteurs distincts pour plus de sécurité. Eviter de mettre les œufs dans le même panier est connu, ce qui diminue le risque lié à la concentration.
La fluctuation des marchés peut fortement influer sur la valeur des actifs du fonds. Il faut particulièrement faire attention lors des crises financières ou des récessions économiques. L’observation de la santé financière d’une entreprise lors de ces moments cruciaux, permet d’avoir une idée, certes approximative, de la sûreté d’un placement. Il y a aussi des risques liés à l’inflation, qui quand elle est en hausse, peut diminuer la valeur du fond, ce qui est aussi le cas quand le taux de change n’est pas stable, dans le cas où les investissements se font en devises étrangères.
Ensuite se pose la question du bénéfice, car tout investisseur espère engranger des profits. Ce dernier peut choisir la distribution, c’est-à-dire que si l’entreprise dans laquelle il a investi son capital se porte bien. Celui-ci peut toucher un dividende, selon le montant de son investissement et la santé de la société. La plupart du temps, ce revenu est calculé et octroyé à une fréquence annuelle. Toutefois, on peut décider de ne pas toucher au capital pendant un certain temps, en réinvestissant immédiatement les gains dans le même circuit. La conséquence aura pour effet d’augmenter les parts du capital initial. Ce procédé s’appelle la capitalisation.

Un article proposé par: http://www.procimmo1.ch/fr/p1fonds/fond-investissement

Les mesures en matière de Fonds propres

L’économie de marché suisse comporte des règles strictes. Il est nécessaire de bien appréhender les règles fondamentales concernant les investissements. De nos jours, l’investissement concerne tous les secteurs: immobilier, projets, retraite.

Qui peut prétendre à entrer dans des capitaux privés:

  • Les particuliers,
  • Les entreprises et les sociétés.

Lorsqu’un particulier ou une entreprise souhaite faire évoluer son secteur, ils peuvent faire appel à l’épargne de particulier ou à des fonds propres.

Acquérir un bien immobilierInvestir en Suisse

Pour financer un habitat en résidence principale sur Fribourg par exemple, les fonds propres sont une solution. En effet, ces derniers représenteront 20% minimum du prix d’achat ainsi que de sa valeur bancaire. Les frais de notaire ne sont pas inclus. Les capitaux émanent la plupart du temps de LPP. Les plans d’épargne PEL ou CEL  ou les assurances vie déblocables sont une autre issue. Les crédits immobiliers et les prêts personnels ont encore de beaux jours devant eux.

La caisse de pension et les capitaux

En 2017, le retrait de capital de la caisse de pension n’est plus limité à 10% de la valeur du logement. Les caisses de pension selon les cas prévoient dans leur certificat de prévoyance la somme que le public peut prélever pour son projet. Il faut avoir cinquante ans révolus pour bénéficier du montant le plus élevé entre la moitié des avoirs existants au moment du prélèvement de la somme.

3 catégories de fonds propres

Pour être propriétaire et utiliser ses fonds propres hors 2ème pilier, les candidats ont les possibilités suivantes:

  1. De disposer d’une donation personnelle ou privée,
  2. De se servir d’épargnes,
  3. D’utiliser les fonds propres du 3ème pilier.

Dans le cas d’une donation, les banques se protègent en réclamant un document attesté par le donateur devant notaire. Cette lettre précise le montant de la donation ainsi que son motif. L’imposition n’est pas exclue selon le canton où le bien immobilier sera acheté.