Archives de catégorie : immobilier Genève

La Suisse un pays attractif pour y vivre

Les aides pour la mise en location d’un bien

En janvier 2017, un nouveau décret est paru pour les propriétaires désirant louer un bien à Genève ou Onex. Grâce à une convention avec l’Anah, il est possible d’obtenir un abattement fiscal. Les règles sont strictes pour bénéficier de ce dispositif:

  • Respecter un plafond de loyer.
  • Louer à des locataires aux ressources plafonnées.

L’abattement fiscal reste intéressant pour les heureux propriétaires, de 15% à 85%. Ainsi le Borloo ancien n’est plus de mise. Le gouvernement suisse tient absolument à encourager la mise sur le marché de nouveaux logements.

Prestations immobilières sur Genève

Survol de l’histoire Suisse pour tout connaître sur ce pays

La Suisse est réputée dans le monde à travers différentes spécialités, comme son chocolat ou encore ses montres. Certains associent aussi le pays avec les banques. Le pays de Calvin est très connu pour ses paysages paradisiaques au bord du plus grand lac d’Europe et dans les montagnes couvertes de forêts, mais ses institutions politiques sont moins comprises de la plupart des étrangers. Un même pays, différentes langues, une politique particulière, mais une unité qui ne peut être compréhensible que si on connaît quelques bouts de l’histoire de la Suisse.

L’origine du peuple Suisse

Les traces des premiers chasseurs qui ont peuplé la Suisse, sont de la même époque que dans les autres pays européens, comme la France par exemple. Puis il y a eu les Helvètes, dont l’histoire est très prospère pendant 800 ans (-400 à 400). Une puissante avancée des légions romaines a laissé des traces indélébiles sur le pays, à l’image de Bâle, Genève et Chur, entre autres. Malheureusement, une grande partie de l’histoire de cette époque n’est connue qu’à travers des légendes, puisque l’écriture ne faisait pas encore partie des compétences locales à cette époque. Petit à petit, divers forces armées se sont accaparé des territoires. Ainsi, les Celtes et les Romains s’établissent dans la Suisse Romande, le Valais et les Grisons. Les Alamans se sont établis dans le nord du pays, en aménageant des villages dans la forêt, tandis que les Burgondes s’installent dans le Jura.

Le moyen âge et la Suisse

Le territoire est contrôlé par Charlemagne puis par les Allemands. Par la suite, l’église et les différents monastères permettent de contrôler l’ensemble du territoire, tout en faisant appliquer une juridiction sans merci et tout à fait partiale. Tout ce qui était hérétique et associé à la sorcellerie avait comme sentence le bûcher. L’ancienne Confédération est née en 1291 au col du Saint Gotthard, avec un premier pacte fédéral, mais son envergure est un peu limitée. Ce n’est que quelques années plus tard que s’ajoutent Lucerne (1332), Zurich (1351), avant que ne suivent Berne et Glarus (1353), fribourg (1481) ou encore Bâle en (1501). Au XVIème siècle, de grands noms comme Jean Calvin, Huldrych Zwingli ou encore Guillaume Farel ont été les instigateurs de réformes sur l’église, dont le « personnel » est contaminé par la corruption et un mode de vie bien loin des préceptes premiers. C’est ainsi qu’arrivent petit à petit des réfugiés en désaccords religieux avec leur pays d’origine, venant d’Italie, d’Espagne, ou encore de Grande-Bretagne et de France. Ces vagues de migration permettent au pays de recevoir des spécialistes en banque et en horlogerie, loin des spécialistes en déménagement !

A partir de 1798

Jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, les divergences idéologiques ont causé quelques guerres, et la mainmise d’une certaine élite sur le pouvoir a provoqué quelques révoltes de paysans qui n’avaient aucune grande incidence sur la politique du pays. Puis, avec l’aide de la France, une république centralisée a vu le jour en avril 1798, mais ce type de constitution ne pouvait satisfaire durablement un pays trop longtemps habitué à un régime fédéral. De ce fait, à partir de 1848, on s’éloigna plus du modèle français pour se rapprocher de la constitution américaine, afin de bénéficier d’une certaine autonomie au niveau cantonal surtout dans le domaine de l’administration. La population commence à être présente dans les prises de décisions grâce au Conseil national, qui forme une chambre parlementaire bicamérale avec le Conseil des Etats.

Les réformes continuent jusqu’à ce que l’on adopte une démocratie directe très remarquable avec des référendums et la possibilité de récolter des signatures de citoyens pour modifier la constitution. Par la suite, l’histoire Suisse reste assez calme, malgré les deux guerres mondiales, pendant lesquelles le pays reste à peu près neutre. On notera cependant la grève générale de 1918, rapidement maîtrisée par les forces armées, mais qui aboutit un peu plus tard à quelques améliorations notables dans la politique sociale du pays.

Les permis de séjour en Suisse

Permis de séjour en Suisse

En fonction de vos besoins, il existe différents titres de séjour qui vous permettent de travailler et de vivre en Suisse sans aucun problème :

Permis L SuissePermis L : Les personnes qui ont l’intention de séjourner en Suisse pour une période de temps généralement inférieure à un an, peuvent demander un permis de type L. Pour obtenir ce type de permis, vous devez prouver que vous avez une relation de travail avec un employeur suisse en présentant une copie d’un contrat de travail d’une durée comprise entre trois mois et un an. Les relations de travail de moins de trois mois ne nécessitent pas de permis, mais dans ce cas, les conditions de séjour sont régies par une procédure de notification.

Permis B Suisse

Permis B : Permis adapté aux personnes qui souhaitent vivre en Suisse pour de longues périodes. Le permis de séjour de type B a une durée de 5 ans et est délivré si vous pouvez prouver que vous avez un contrat de travail suisse d’au moins 365 jours, ou mieux encore indéfiniment. Ce permis peut être prolongé tous les 5 ans si les mêmes conditions initiales sont remplies. Si l’intéressé est au chômage depuis plus de douze mois consécutifs, la première prolongation peut être limitée à un an.

Permis C Suisse

Permis C : Un permis de type C est un permis de séjour délivré après 5 ou 10 ans de séjour en Suisse. Le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) fixe la date à partir de laquelle les autorités cantonales peuvent délivrer le permis de séjour. Il s’agit également d’un permis illimité sans conditions particulières et les citoyens de l’UE peuvent obtenir le permis C après un séjour régulier et ininterrompu de cinq ans, conformément aux accords de résidence et aux considérations de réciprocité.

Permis G Suisse

Permis G : Le permis de type G est destiné aux frontaliers, c’est-à-dire aux étrangers résidant dans les régions frontalières  qui exercent une activité lucrative en Suisse (y compris un emploi salarié). Les frontaliers doivent rentrer au moins une fois par semaine à leur lieu de résidence à l’étranger et bénéficier d’une mobilité géographique et professionnelle sur l’ensemble du territoire frontalier suisse. Le permis de frontalier de type C est valable cinq ans, à condition qu’il s’agisse d’un contrat de travail à durée indéterminée ou supérieure à un an.

Un article proposé par : http://immobilier-ch.com

Fond d’investissement ?

Comment fonctionne un fonds d’investissement?

Plusieurs investisseurs s’associent pour placer chacun un montant, dépendant de leur volonté, pour former un capital commun qui sera investi dans des produits, comme des actions ou des obligations. Cela s’appelle un fonds d’investissement. Les investisseurs les plus grands, sont la plupart du temps des sociétés, des banques, ou des familles aisées.

Cependant, de nos jours, le particulier peut aussi faire fructifier ses économies en participant à la constitution d’un capital. Il est tout aussi libre de se retirer du jeu, que d’augmenter ses « mises ». Avec le prochain paragraphe vous aurez un aperçu des dessous d’un fonds d’investissement.

Utilisation du capital

Quelle que soit la provenance du capital, privé ou public, celui-ci peut être utilisé selon différentes manières, qui seront stipulées à l’avance à la constitution du fonds d’investissement. Nous distinguons plusieurs sortes de fonds d’investissement, selon l’utilisation du capital qui a été réuni.

  • On peut par exemple citer le capital risque, qui est un investissement lié au démarrage d’une entreprise.
  • Ensuite le capital développement, responsable comme son nom l’indique, qui participe à l’expansion d’une société.
  • Nous avons aussi les fonds LBO, de l’Anglais « Leveraged Buy Out ».

Que ce soit sur du court ou du long terme, les petits investisseurs qui ne sont pas de grands organismes de financement, peuvent tirer des bénéfices de leurs placements, selon les risques qu’ils prennent. La plupart du temps, le particulier participe rarement aux transactions de manière directe. D’ailleurs, le néophyte complet se perdra facilement dans les dédales du fonctionnement des systèmes financiers. Il faut donc des connaissances basiques très importantes, c’est plutôt l’apanage d’un conseiller financier. C’est ce dernier qu’il faudra donc sélectionner avec soin, si l’on veut des bénéfices conséquents et minimiser les risques.

Les risques et les bénéfices

Pour ne pas se perdre dans les comptes et garder son assurance vie, il faut s’informer activement sur les mécanismes de traitement fiscal des gains ainsi que le ratio des frais de gestion. En effet, quand vous faites appel à des gestionnaires pour gérer vos avoirs, vos salariés, vos logiciels. Cela représente une véritable infrastructure dédiée à la mise en œuvre afin d’obtenir des résultats favorables. Les conseillers financiers sont capables, surtout quand ils ont de l’expérience, d’anticiper les risques. Cette qualité  permet de mieux placer son argent ou le retirer au bon moment. Généralement, les banquiers conseilleront d’effectuer divers placements, dans différents secteurs distincts pour plus de sécurité. Eviter de mettre les œufs dans le même panier est connu, ce qui diminue le risque lié à la concentration.
La fluctuation des marchés peut fortement influer sur la valeur des actifs du fonds. Il faut particulièrement faire attention lors des crises financières ou des récessions économiques. L’observation de la santé financière d’une entreprise lors de ces moments cruciaux, permet d’avoir une idée, certes approximative, de la sûreté d’un placement. Il y a aussi des risques liés à l’inflation, qui quand elle est en hausse, peut diminuer la valeur du fond, ce qui est aussi le cas quand le taux de change n’est pas stable, dans le cas où les investissements se font en devises étrangères.
Ensuite se pose la question du bénéfice, car tout investisseur espère engranger des profits. Ce dernier peut choisir la distribution, c’est-à-dire que si l’entreprise dans laquelle il a investi son capital se porte bien. Celui-ci peut toucher un dividende, selon le montant de son investissement et la santé de la société. La plupart du temps, ce revenu est calculé et octroyé à une fréquence annuelle. Toutefois, on peut décider de ne pas toucher au capital pendant un certain temps, en réinvestissant immédiatement les gains dans le même circuit. La conséquence aura pour effet d’augmenter les parts du capital initial. Ce procédé s’appelle la capitalisation.

Un article proposé par: http://www.procimmo1.ch/fr/p1fonds/fond-investissement

Une location à Aigle ?

Géographie de la ville

La ville d’Aigle se trouve en Suisse, dans le canton de Vaud. Elle se situe entre plaine et montagne, ce qui fait qu’elle est traversée par un réseau routier important puisque depuis la ville sont accessibles une dizaine de stations alpines. Le Rhône traverse la ville et cette dernière est merveilleusement décorée par un paysage alpestre. La commune était constituée de quatre quartiers, mais un nouveau tout récent est né sous l’expansion à la fois sociale et économique de la ville.

  1. Ainsi, le quartier du Bourg a été le quartier principal dans les siècles passés.
  2. Viennent ensuite le quartier de la Chapelle
  3. Le quartier du Cloître
  4. Le quartier de la Fontaine.
  5. Le cinquième qui vient d’émerger est le quartier sous gare.

Histoire de la ville d’Aigle

La ville d’Aigle est une ville ancienne. Les historiens recensent les premiers habitants ayant occupé les lieux vers 2000 av J.C. Les civilisations se sont installées et ont peu à peu bâti l’histoire de la ville, comme l’église du Bourg, construit vers le VII ème siècle ap J.C. ou la tour du Château bâtie vers le XII ème siècle.
Du point de vue religieux, la ville d’Aigle est majoritairement protestante. Elle peut même être considérée comme une pionnière de la religion protestante. En effet, un missionnaire réformateur du nom de Guillaume Farel a introduit petit à petit mais sûrement le protestantisme dans ses débuts, vers le XVI è siècle. Les fervents catholiques s’y opposèrent mais grâce au soutien des hautes autorités venant de Berne, la nouvelle religion a pu trouver sa place et c’est à Aigle que la première église protestante qui utilise la langue française voit le jour.

Economie de la ville

La ville d’Aigle a de multiples facettes sur le point de vue économique. Sa situation géographique juste au pied des Alpes est un vrai privilège touristique puisque neufs stations alpines accueillant des sports d’hiver sont accessibles via la ville. Aigle est donc une étape quasiment obligatoire pour les touristes qui veulent aller vers ces stations.
L’autre atout économique de la ville est la vigne. Le vignoble est très répandu dans la région, occupant près de 132 hectares de pieds de vignes, dont 110 hectares pour les blancs et 22 hectares pour les rouges. Le vin en provenance d’Aigle est très apprécié des amateurs et des fins gourmets, puisque la vigne y est de très bonne qualité grâce au climat de la région. La culture du vin blanc fait partie de la renommée de la région mais le vin rouge, bien qu’occupant un faible pourcentage est aussi d’excellente qualité. La main d’oeuvre générée par la viticulture est également importante et crée une source d’emploi stable pour toute génération d’âge.

Aspect socio culturel de la ville

La ville est bien organisée du point de vue culturel. Elle dispose d’un théâtre, d’un cinéma, d’une bibliothèque et de musées qui retracent dans leurs archives l’histoire assez longue de la région. La région montagnarde offre de belles opportunités aux touristes de faire des escapades en montagnes. Que ce soient des passionnés de sports extrêmes ou de simples touristes qui vont effectuer des randonnées, les distractions sont nombreuses.
Du point de vue sportif, la ville d’Aigle accueille le siège de l’Union Cycliste Internationale ou UCI, ainsi que le Centre Mondial du Cyclisme qui possède un vélodrome et une piste pour BMX. La ville possède aussi un parcours de golf qui est parmi les plus huppés de la région helvétique.

Vision écologique de la ville

Aigle est une communauté qui se veut des plus écologiques possibles. Elle fait partie de l’Association Cité de l’Energie depuis la fin des années 1990. La politique de la réduction de la consommation d’énergie et de l’utilisation des sources d’énergie naturelles y est stricte. Comme exemple, les différents éclairages urbains sont plus économiques, la ville utilise le biogaz obtenu dans les stations d’épuration des eaux usées. Bref, la population locale est régulièrement sensibilisée quant aux évolutions technologiques en matière de consommation énergétique.

Un article proposé par BR consulting spécialiste de la Location à Genève

La location immobilière entre particulier contre les chasseurs d’appartements

Avantages et inconvénients de la location par particulier

 

Que l’on vive à Genève ou Lancy, nous sommes amenés un jour ou l’autre à effectuer une recherche de location. Dans le but de réussir cette étape importante, nous pouvons nous adresser soit à une agence immobilière ou parcourir des sites internet de particuliers.

Voici un bref résumé qui va réaliser le tour du pour et du contre concernant la location par particulier.

 

Points positifs de la location par particulier

 

Louer un appartement directement par un particulier procure divers avantages qui ne sont pas négligeables.

  • Premièrement, le futur locataire est directement en relation avec le propriétaire. Un contact entre les deux parties s’établit sans l’intermédiaire d’une agence immobilière. Cela facilite les négociations puisque le contexte humain est plus mis en avant. En effet, le propriétaire est le mieux placé pour donner des informations qui seront utiles aux futurs locataires concernant le quartier, le voisinage,…. Il pourra également insister sur les points forts que possède l’appartement. Le propriétaire pourra ainsi ne pas cacher les points faibles du logement mais les éclipser immédiatement en dévoilant d’autres points forts.
  • Deuxièmement, le fait d’effectuer une location grâce à un particulier accorde des avantages financiers au futur locataire. Ce dernier n’a en effet, pas de frais d’agence à supporter. La plupart du temps, ces dépenses sont assez coûteuses puisqu’elles représentent environ un mois de loyer.
  • Troisièmement, les dossiers à fournir s’il s’agit de particuliers sont plus souples, c’est-à-dire que les propriétaires ne sont pas trop exigeants sur tel ou tel dossier, comme par exemple les garanties financières des futurs locataires comme leurs salaires.

 

Inconvénients de la location par particulier

 

Il subsiste des points négatifs qui sont à prendre en compte lorsque l’on décide de contacter directement un particulier. La recherche du logement idéal selon les critères des futurs locataires peut s’avérer longue et difficile.

Il faudra passer chaque annonce au peigne fin dans tout support publicitaire possible : journaux, internet,… et passer d’innombrables coups de fils et même effectuer tout un tas de visites. Compte-tenu qu’il s’agit de particulier entre particulier et non de professionnels, la rédaction du contrat de bail peut mal se rédiger en négligeant certains points essentiels comme les droits et obligations des deux parties. Cette situation entraîne souvent des problèmes litigieux en cas de mésentente entre propriétaire et locataire. Enfin, le fait d’effectuer une location par particulier a pour conséquence un loyer plus élevé que chez une régie immobilière. Il est alors fortement conseillé d’effectuer des comparaisons de prix pour des critères sensiblement égaux d’appartement.

Les entreprises et la location de leurs salariés

LOCATION D’UN LOGEMENT DE FONCTION

Comment ça marche?

 

Il n’y a rien de satisfaisant pour les employés que de recevoir d’autres privilèges en dehors du salaire que l’employeur versent à leur compte. Parmi les traitements de faveur que peut recevoir le personnel, citons:

Le cas est très pratique dans un pays Européen tel que la Suisse, surtout dans les fameuses villes de Genève, de Lausanne et de Nyon. Cependant, connaître les principes qui régissent les logements de fonction n’est pas évident pour tout le monde.  Voici des explications sur les modes d’utilisation des logements de fonction ainsi que les conditions et les types de contrat qui régissent les parties prenantes.

 

Les critères à remplir pour bénéficier d’un logement de fonction

 

Actuellement, il est possible tant pour les membres d’une institution publique que privée de bénéficier d’un logement de fonction ou un espace de vie gratuit en raison des fonctions occupées. Pour l’employeur, l’attribution d’un logement de fonction destiné à un salarié est une stratégie bien réfléchie pour la simple et bonne raison que cela permet au bénéficiaire, libéré du poids du loyer, à exercer au mieux ses fonctions. C’est aussi une bonne manière de motiver les salariés étant donné que dans bien des cas l’acte est perçu comme un signe de gratitude venant du supérieur envers ses subordonnées. Quant au salarié, profiter d’un appartement ou d’une maison à charge de l’entreprise est considéré comme un bénéfice bien mérité car qui dit logement de fonction implique une partie de salaire octroyée en nature. Quoique l’occupant du logement de fonction n’est appelé à ne payer aucun loyer, il est soumis à un payement de taxe relatif à l’habitation qui se calcule à partir du montant de salaire. Il est à savoir qu’il est possible et légal pour un employé d’exprimer ses besoins en matière de logement de fonction. Il convient juste d’adresser une lettre de demande à l’employeur, comportant à l’en tête les informations indispensables telles que le nom, l’adresse et les contacts du demandeur ainsi que ceux du destinataire. Le contenu de la lettre doit faire paraître qu’il s’agit bel et bien d’une demande de logement de fonction. Aussi, pour que l’argumentation soit pertinente, il faut veiller à bien mentionner le poste occupé dans l’entreprise, la date d’embauche et les raisons pour lesquelles on a besoin d’un logement de fonction.

 

Le contrat de location

 

Le nombre de personnes engagées dans un contrat de location de logement de fonction varie selon les circonstances. Si l’appartement est une propriété de l’employeur, cela n’engage que lui et son employé. Par contre, s’il s’agit d’une maison louée à une tierce personne, le locateur doit impérativement être ajouté à la liste des engagées. Dans tous les cas, l’engagement se résulte toujours par la signature d’un contrat désignant l’employé comme locataire légal. Encore est-il que contrat doit stipuler l’état de l’espace de vie octroyé. En fonction du privilège réservé par l’employeur, l’employé peut se retrouver face à deux situations. D’un côté, il est possible pour ce dernier de bénéficier d’une maison comportant tout un parc immobilier. De l’autre côté, il peut se retrouver carrément dans un logement vide. En général, le contrat de location prend fin tout naturellement au moment où le salarié ne travaille plus pour son employeur pour deux raisons spécifiques à savoir la démission et le ajournement. Quoi qu’il en soit, il est toujours avantageux d’habiter un logement de fonction.

Les locations immobilières en Suisse

Un regard sur la vie en Suisse

Sans faire partie de la grande communauté dominante de l’Europe occidentale, la Suisse est un pays qui a su resté neutre dans tous les grands conflits. Cette contrée attire les touristes et les businessmen du monde entier. Vivre en pays Helvétique, c’est une chance, habiter à Genève est un rêve.

Le paysage époustouflant que l’on trouve aux abords du lac le plus grand du continent et la fraîcheur des Alpes seraient-ils la cause de cet engouement ? Ou serait-ce dû à quelques attraits financiers dont on entend parler dans la presse mondiale ? Pourtant, les villes suisses sont parmi les plus chères au monde, avec une fiscalité qui peut atteindre les 30 % du salaire brut, selon le canton, la commune qui accueille, ou encore la situation matrimoniale. Les prochains paragraphes permettront de mieux creuser la question sur l’attrait de la Confédération Helvétique, et ses caractéristiques.

Topographie du terrain

Les statistiques sont claires, la Suisse est la première destination choisie par les Français qui se rendent à l’étranger. Rien que pour la ville de Genève, 60 mille de nos compatriotes y travaillent, sans  y vivre. Il faut dire que la ville n’est qu’à un peu plus d’une heure d’avion de Paris. La frontière entre les deux pays est aussi rapidement franchie par la voie ferroviaire, très performante dans le pays. Bien entendu, les frontaliers peuvent aussi utiliser la voiture. Seulement 8 millions d’habitants occupent les 41 285 kilomètres carrés de montagnes, de forêts et de lacs, parsemée de grandes villes modernes comme Zürich, Bâle, Winterthur, Lugano, St-Gall, Berne (qui en est la capitale), pour ne citer que les plus connues. Sport et culture sont particulièrement florissants, grâces aux infrastructures adéquates et aux différentes langues que l’on parle dans le pays. D’ailleurs, le Français fait partie de ces langues parlées dans la confédération, l’intégration est d’autant plus aisée. Si on a des connaissances en Italien ou en Allemand, les horizons s’élargissent à travers tout le pays.

Le cadre de vie

Comme on l’a précisé en introduction, le coût de la vie, surtout dans les grandes villes francophones, est assez élevé. Si on jette un œil sur le marché de l’immobilier, que ce soit pour la location ou l’achat, les prix peuvent facilement provoquer des haussements de sourcils, chez un observateur européen. La raison est sans doute les normes de construction et de sécurité très exigeantes, qui entraînent des obligations de rénover fréquemment. La sécurité et la performance du service de santé, ou la présence des loisirs et la stabilité politique, ne sauraient être des arguments convaincants pour expliquer l’enthousiasme de venir vivre en Suisse. En fait, ce coût élevé, peut être facilement couvert par le revenu du citoyen. Quand on a un emploi dans le pays, il est relativement facile de payer un loyer qui serait très conséquent sur le portefeuille d’un Européen lambda, sachant que le salaire moyen d’un ménage avoisine les 6 300 euros (ou 6900 CHF). Le code du travail est aussi assez souple, pour permettre aux entreprises d’oser engager du personnel, ce qui donne des taux de chômage parmi les plus bas dans le monde.

Fiscalité et assurances

La décentralisation et la déconcentration des pouvoirs législatifs dans la Confédération a pour conséquence une fiscalité peu homogène dans tous les cantons et même les communes. Selon la situation géographique, le mode d’imposition peut différer d’une région à une autre. Dans une grande partie du pays, les couples en concubinage peuvent payer plus d’impôts par rapport à ceux qui sont mariés. Pour les assurances, elles sont nombreuses, dont certaines sont obligatoires. Par exemple, tout résident de plus de trois mois, doit souscrire à une assurance maladie.