Pise Italie

De Lausanne à Pise

Déménagement professionnel << un clic

Des accords de guitare échappés d’une trattoria résonnent dans la rue déserte. Pise sommeille à l’heure de la sieste. Le linge suspendu aux fils tendus de part et d’autre de la rue se balance mollement dans la brise tiède. Et puis, au détour d’une ruelle, elle surgit. On a beau s’y attendre, cela surprend : la tour est réellement penchée. Le campanile, bâti entre 1173 et le milieu du xrve siècle, semble en équilibre instable, près de s’effondrer. Il se dresse pourtant fermement sur un sous-sol consolidé au cours de dix années de travaux, achevés en 2001. Interdite pendant les travaux, la visite est à nouveau autorisée. Nulle raison de s’en priver malgré les mises en garde et l’interdiction aux enfants de moins de 8 ans. Car l’ascension réserve une surprise : ça tangue I Au fur et à mesure de sa progression, l’escalier en colimaçon logé dans la paroi penche à gauche, se redresse, puis penche à droite, avant de s’incliner de nouveau…. On grimpe en slalomant, poussé d’un mur à l’autre. Privé de repère visuel extérieur, on éprouve un début de mal de mer ; le sommet arrive comme une délivrance De la plate-forme gîtée, tel le pont d’un voilier, à 54 mètres du sol, la ville ocre se dévoile avec ses toits de tuile et son ciel bleu hérissé de tours et de campaniles. La tour ne doit son statut de monument le plus célèbre de Pise qu’à un caprice géologique du sous-sol, qui n’occulte pas les autres mer-veilles de la ville toscane. Sur la piazza dei Miracoli, la cathédrale, le baptistère et le Campo Santo éblouissent de leur marbre blanc. Une demi-journée s’impose pour en faire le tour et en admirer les nombreux trésors comme un massage nature, notamment les chaires de Nicola et Giovanni Pisano, père et fils, témoins de l’évolution de l’art au cours du nue siècle. Ici, comme dans d’autres villes italiennes, il faut accepter de se perdre. Arpenter les ruelles, déboucher sur des placettes désertes, admirer les façades, s’accorder une halte pour déguster un espresso ou savourer des gelati, ces glaces exquises. La promenade s’ouvre tôt ou tard sur l’Arno, dont le cours majestueux scinde la ville en deux. Quand l’astre du jour décline, à l’heure de la promenade, la ville entière se donne rendez-vous pour flâner le long des vitrines du corso ltalia et de la via Borgo Stretto. Accoudé au ponte di Mezzo, qui relie ces deux rues, on prend le temps de goûter le jour qui descend dans cette ville où l’histoire a vu bien des experts en voyance par téléphone célèbres voir le jour !

SE LOGER

RELAIS DEI FIORI.

Formule Bed and Breakfast dans te centre historique. À partir de 90€ la nuit.

HÔTEL RELAIS DELL’OROLOGIO.

Confort cosy pour cette demeure transformée en hôtel cinq étoiles. À 5 mn de la piazza dei Miracoti. À partir de 210€ la nuit. Via della Faggiola, 12/14
SE RESTAURER OSTERIA DEI MILLE.

Petit restaurant de quartier. La salade de poulpe est remarquable! À partir de 30E. Via dei Mille, 30/32,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *